London Gateway ©Les Chatfield

Pour transporter un conteneur depuis l’Asie vers un des ports britanniques, le chargeur doit payer près de 1 000 $ de plus que vers un port nord-européen. La vie est plus onéreuse dans un monde post-Brexit.

Si historiquement, les taux de fret depuis l’Asie vers les principaux ports britanniques et d'Europe du Nord ont été sensiblement alignés, cela n’a pas été le cas en 2021, année de concrétisation du Brexit. Dans un monde où le Royaume-Uni ne fait plus partie de l’Union européenne, les chargeurs doivent payer bien plus cher pour recevoir un conteneur dans un port britannique que dans une des places nord-européennes. C'est le cas tant sur les contrats à court qu'à long terme, indique Xeneta, dont l’indice est établi à partir des taux de fret maritime fournis par les principaux chargeurs.

À la mi-février, il coûtait en moyenne 15 350 $ pour acheminer un conteneur depuis l’Asie vers le Royaume-Uni alors que les taux de fret n'ont jamais dépassé la barre des 15 000 $/FEU (conteneur de 40 pieds) si bien que la différence de prix est actuellement de 950 $ par conteneur. Cette prime est, en fait, plus basse qu'elle ne l'a été ces derniers mois, puisqu’à son pic, l’écart s’est elevé à 1 400 $/FEU alors qu'en 2019 et au premier semestre 2020, la différence était inexistante, à 70 $.

2 000 $ de plus

Sur le marché à long terme, les prix pour transporter un conteneur depuis la Chine vers une des portes d’entrée britanniques ont augmenté de près de 2 000 $ en fin d’année dernière et de 200 $ vers un port nord-européen. Les taux pour les contrats à long terme signés au cours des trois derniers mois se sont élevés à 11 359 $/FEU vers le Royaume-Uni et à 9 408 $ vers l'Europe du Nord.

Felixstowe apparait néanmoins comme la destination la moins onéreuse, à l’inverse de London Gateway, de loin le plus cher sur le marché à long terme (13 400 $/FEU) mais moins que Southampton sur le marché spot (15 800 $/FEU). 

A.D.