©DR

 

L’armateur israélien tente un coup. Et son approche est intéressante dans le sens où elle se différencie nettement de la logique hub and spoke. Inspirée par la crise sanitaire, la nouvelle offre de l’armateur israélien vise les e-commerçants chinois qui vendent sur les plateformes électroniques américaines et a été conçue pour répondre à un fret sensible à la notion du temps.

L’intuition de ZIM s’avérera-t-elle payante ? L’histoire paraphera ou sanctionnera. Mais la crise sanitaire l’aura peut-être bien inspirée. Le 11e armateur mondial de porte-conteneurs tente un service qui adopte une autre approche que celle du hub and spoke prévalant dans le transport maritime de conteneurs comme dans le fret aérien.

Sa nouvelle offre découle manifestement de plusieurs constats. Il parie tout d’abord sur l’expansion de l’e-commerce que la crise planétaire mondiale a porté à des niveaux jamais atteints. Il en tire la conclusion que cela devrait immanquablement impacter la demande des expéditeurs. En tout cas, le transporteur semble miser sur un changement de stratégie de la part des détaillants. « Nous constatons une tendance à la réduction des stocks et si vous réduisez vos stocks, vous avez besoin d'un temps de transit plus rapide », constate Nissim Yochai, représentant de Zim pour la région Pacifique dans un entretien accordé à nos confrères de Seatrade.

Zim démarre l'année en fanfare

Une alternative compétitive au fret aérien

La pénurie de capacité aérienne alors que la crise sanitaire sévissait l’a par ailleurs convaincu. « Notre objectif est de servir nos clients existants, mais aussi de nous positionner sur le marché croissant de l’e-commerce. Ce service est également une alternative fiable au fret aérien, avec des prix beaucoup plus abordables et un meilleur rapport qualité-prix », explique-t-il.

ZIM lance ainsi ZIM eCommerce Xpress (ZEX), qui sera opéré avec cinq navires d'une capacité de 2 800 EVP et naviguant à une vitesse de 21 nœuds. Le nouveau service reliera les ports du sud de la Chine Yantian et DaChan Bay à Los Angeles, sur la côte ouest des États-Unis. Il partira le mercredi, tôt le matin, de Yantian et arrivera à Los Angeles 12 jours plus tard, un lundi matin. De Los Angeles, où le transporteur disposera d’une terminal dédié, des liaisons ferroviaires rapides et aériennes pourront toucher d'autres destinations, notamment Chicago, Memphis, Dallas, Kansas City et New York. Dans le cas de l'option mer-rail, par exemple, le transit-time entre Yantian et New York serait de 20 jours et de 18 jours pour Dallas et Chicago.

Retour dans le Pacifique

ZIM marque ainsi son retour dans le sud-ouest du Pacifique et ne revendique pas l’exclusivité. D’autres services existent en effet. Mais la singularité de sa nouvelle offre est ailleurs. Sans nier sa valeur de test, Nissim Yochai reconnaît « étudier ce produit et si nous identifions un besoin pour un produit similaire dans d'autres domaines, nous allons certainement l'envisager ».

Adeline Descamps

 

Sur le même sujet