©KN

 

L’un des plus grands transitaires du marché introduit un nouveau critère d’appréciation dans sa politique d’achats de transport : la quantité de carbone émise par une compagnie maritime.

En juin dernier, Kuehne + Nagel avait présenté une version reconfigurée de son outil d’aide à la décision Sea Explorer, qui permet de recommander un transport selon les critères du client. Avec son indicateur de consommation de CO2, cet outil permet déjà d’opter pour un service à faible empreinte carbone. Pour définir ce profil carbone, le logiciel a analysé l’ADN du navire : année de construction, typologie des moteurs, carburants utilisés, mise aux normes IMO 2020, équipement en scrubbers, circuit ouvert et fermé... 

Kuehne+Nagel vers l'ETA prédictive

Le transitaire va plus loin en établissant un classement des 15 premières compagnies maritimes sur la base de la quantité de CO2 émise. La moins polluante émet actuellement près de 50 g de CO2 par EVP-km sur un voyage de l'Asie vers l'Amérique du Nord, tandis que la plus polluante est à 80 g. Reste à savoir si le transport durable sera un critère pour ses clients…

A.D.