©DR

Outre la performance d’avoir bloqué le canal de Suez pendant six jours, l’Ever Given aura réalisé un autre exploit : opérer la rotation entre l’Asie et l’Europe la plus longue de l’histoire du conteneur avec la centaine de jours d’immobilisation… Le porte-conteneurs d’Evergreen peut terminer sa boucle. Il est libre. 

Comme annoncé le 5 juillet, l’Ever Given a repris son service là où il l’avait laissé, il y a plus de 100 jours, immobilisé jusqu’à présent dans la zone du Grand Lac Amer du Canal de Suez. Suite à l'accord de principe qui avait été signé entre le propriétaire et l’assureur du navire – Shoei Kisen et le UK P&I – et l'Autorité du canal de Suez (SCA), son président Osama Rabie avait indiqué dans un entretien à une chaîne de télévision privée locale le dimanche 4 juillet que le contrat de règlement des indemnités serait signé le 7 juillet.

À combien l’atteinte à l’image et les pertes de trafics ont-elles été estimées par les parties concernées par ce dossier, il n’en sera pas question publiquement. L'avocat de la SCA, Khalid Abubakr, avait déjà prévenu que les termes de l'accord resteraient confidentiels. C’était pourtant le principal point d’achoppement entre le propriétaire du navire et le gestionnaire du canal, engagés depuis plusieurs semaines dans un contentieux d’indemnisation portés devant les tribunaux et avec un porte-conteneurs en gage.

Seuls ceux qui ont œuvré à la négociation en ont donc connaissance. En tout cas, il n’est pas de 916 M€ comme le gestionnaire l’avait initialement demandé. Et sans doute pas davantage de 550 M$, le montant revu à la baisse par la SCA, mais que le propriétaire et l’assureur avaient toujours trouvé insuffisamment étayé et outrageusement exagéré.

 

Cérémonie conviviale

Une cérémonie officielle organisée à Ismaïlia a acté, dans la convivialité, la fin de la « détention » du navire qui aura tant capté l’attention du grand public et des médias généralistes. Le navire de 20 388 EVP, avec ses 18 300 conteneurs à bord, a ensuite quitté la section Nord du Canal, escorté par deux remorqueurs. Il devrait se diriger vers son prochain port d'escale initial, Rotterdam, après avoir subi des inspections à Port Saïd, où il était attendu le jour même dans la soirée.

Parti de Ningbo le 4 mars, le navire qui opérait sur le service CEM (China-Europe-Mediterranean) était attendu à Rotterdam autour du 31 mars. Le 24 mars, sa course a été stoppée, après qu’il se soit échoué accidentellement. Le navire avait subi une panne générale à l’entrée du canal puis perdu de la puissance avant de virer à tribord, le bulbe d’étrave se logeant dans la berge du canal. 

L’histoire n’est toutefois pas terminée. L’avarie commune ayant été déclarée, les propriétaires des marchandises devront s’acquitter d’une caution afin de pouvoir récupérer leur fret. La valeur de la cargaison de l’Ever Given est estimée entre 600 et 780 M$ mais fait l’objet d’estimations qui font le grand écart.

Si le navire est libre, la restitution des conteneurs à leurs propriétaires va exiger du temps et des procédures. Les assureurs n’hésitent d’ailleurs plus à dire que cette affaire sera le plus gros sinistre d'avarie commune dans l'histoire du conteneur.

Ever Given : il faudra du temps avant de libérer les conteneurs

Travaux engagés

Manifestement traumatisée par l’événement, l'Autorité du canal de Suez a commencé des travaux de dragage pour permettre une circulation à double sens dans la section sud de l’infrastructure. Le tronçon de 30 km entre la ville de Suez et le Grand Lac Amer devrait être agrandi de 40 m du côté est. La zone devrait être approfondie d'environ 20 à 22 m et des travaux sur 10 km devraient porter à 82 km le tronçon à double voie. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi a indiqué que le chantier devrait être achevé en moins de deux ans.

La SCA a toutefois indiqué qu’elle ne changerait pas ses règles de passage des navires par mauvais temps. Les vents étaient très violents le jour de l’accident de l’Ever Given.

A.D.

 

Sur le même sujet