©Maersk

 

Dans un entretien à Shipping Watch, le PDG de la division Ocean&Logistics du groupe A.P. Møller-Maersk estime que la pandémie a été un véritable crash test de la capacité du leader mondial du transport maritime de conteneurs à assurer le porte-à-porte.

Maersk se restructure depuis quelques années – cessions d'activités, abandon de marques – afin de se transformer en une société de transport et logistique intégrée. Les ambitions de la compagnie maritime à se positionner à terre ont été fraîchement accueillies par certains de ses clients, en particulier les grands transitaires. Les relations se sont tendues et, pour certains, au point de se briser comme avec DB Schenker, dont le contrat a été résilié.

Néanmoins, Vincent Clerc, qui avait été promu à la direction générale de la division poids lourds du groupe Ocean & logistics à la suite du départ de Søren Toft pour prendre la présidence de MSC, estime que le retour des clients est meilleur que ce à quoi il s'attendait. Quant au mécontentement généré par la pénurie de conteneurs et d'équipements, qui épuise les chargeurs, « nos clients nous confirment que nos initiatives pour y remédier vont dans le bon sens », assure celui qui a été le directeur commercial de Maersk pendant 14 ans.

A.D.