©Chris Ballois

 

Sous le claim « N'attendez pas d'avoir une bonne raison de les soutenir, donnez dès aujourd'hui », la Société nationale de sauvetage en mer en appelle à la générosité. Cette année de façon plus pressante que les autres années peut-être. Car la crise sanitaire l’a privée des événements qui lui permettent, en temps ordinaire, de sensibiliser les publics à la nécessité de soutenir les sauveteurs en mer, bénévoles dont l’intervention est gratuite. 

Le décès en juin 2019 de trois bénévoles de la SNSM qui portaient secours en mer à un chalutier au large des Sables-d’Olonne avait tragiquement mis en lumière les difficultés de la Société nationale de sauvetage en mer, dont le modèle économique repose sur l’engagement bénévole et les ressources privées à hauteur de 80 % de son budget de 30 M€. Chaque année, l'association assure près de 4 000 interventions en mer et 37 000 personnes sont secourues. Si les sauveteurs sont bénévoles et le secours des personnes gratuit, l'entretien et le renouvellement de la flotte de sauvetage et des équipements, ainsi que la formation des sauveteurs représentent un coût important.

Les bénévoles étant de moins en moins issus de professions maritimes, leur formation représente aujourd'hui un budget de près de 5 M€ par an. La technologie et la règlementation évoluent rapidement et l’enveloppe allouée aux équipements (électronique de navigation, jumelles de vision nocturne ou caméras infra-rouge, gilets de sauvetage, défibrillateurs semi-automatiques...), « essentiels à la sécurité de tous », pèsent lourd dans les budgets, rappelle la SNSM.

Or, les finances de l’association sont fragiles et elle a en outre un besoin de financement urgent d’argent pour le renouvellement de sa flotte vieillisante : 25 M€ dans les cinq ans à venir pour remplacer de 35 bateaux, déjà commandés, et au moins autant dans les cinq années suivantes. Mais au delà, elle devra renouveler 140 unités pour un montant avoisinant 100 M€.

Participation de l’État de 11 M€

En décembre 2019, à l’occasion des Assises de la mer à Montpellier, Emmanuel Macron aura réussi à faire se lever la salle comble du Corum alors qu’il était en train de saluer le « courage » et l'« abnégation » des sauveteurs de la SNSM en rappelant qu’ils étaient « au cœur du dispositif de sauvetage en mer français ». Il avait alors rappelé ce qui avait déjà été annoncé, suivant en cela les recommandations de la mission sénatoriale : « l'aide annuelle accordée a été portée à 11 M€ » alors que l’État participait jusqu’alors à hauteur de 6,4 M€ au budget de l’association.

Après la publication du rapport de la mission sénatoriale sur le sauvetage en mer en octobre 2019, qui contenait une trentaine de propositions dont une sur le financement de l’association par l’État, une table ronde avait été initiée par le gouvernement en novembre de la même année avec l’ensemble des parties prenantes. À cette occasion, alors ministre de la Transition écologique et solidaire, Élisabeth Borne avait validé certaines recommandations émises par les sénateurs. 

Appel au dons nécessaire

En attendant, l’association vit de la générosité. Et sous la signature, « N'attendez pas d'avoir une bonne raison de soutenir les Sauveteurs en Mer », elle lance sa campagne. « L'objectif est de mobiliser le grand public qui, un jour, pourrait avoir besoin des sauveteurs en invitant à faire un don, tout en sensibilisant à l'organisation unique du sauvetage en mer en France : un modèle associatif et bénévole, qui réunit des sauveteurs qualifiés, engagés pour secourir à tout moment, en toute situation et par tous les temps toute personne en danger », indique l’association que la crise sanitaire a fragilisée un peu plus. Les mesures mises en place pour la prévention du virus ont entraîné l'annulation de nombreuses manifestations qui pèsent sur la collecte locale et nationale car les événements sont des vecteurs essentiels de la mobilisation.

Pour faciliter la collecte, la SNSM est désormais disponibles sur plusieurs canaux selon les usages (cf. plus bas) et rappelle, à toutes fins utiles, que les largesses sont, jusqu'au 31 décembre, déductibles des impôts : 66 % de réduction sur le montant dans la limite de 20 % du revenu net imposable...

Adeline Descamps 

 

Pour soutenir les Sauveteurs en Mer : faites un don sur le site http://jesoutiens.snsm.org

La SNSM est accesible via différentes plateformes : LYDIA, l'application de paiement mobile, qui permet de faire des virements sans frais ; GANDEE, la cagnotte solidaire pour faire un don à l'occasion d'un anniversaire ou événement heureux ; WALK UNITED, l'application qui rend la marche solidaire (plus vous marchez, plus vous donnez) ; LILO, le moteur de recherche qui reverse aux associations l'argent généré par vos recherches internet et PRIZLE, le site pour faire un don lors de vos courses en ligne sur les sites partenaires.