Les silos à grain n'étaient plus en activité depuis que l'activité céréalière a été concentrée sur Rouen©Eric Houri

 

Ce sont des emblèmes du passé qui disparaissent sur le port du Havre. Les trois silos céréaliers, situés chaussée Hermann du Pasquier, vont disparaître. Un chantier d’un coût de 1,8 M€ porté par le port du Havre.

« Ces silos ont été construits dans les années 60 mais étaient désaffectés depuis 2003 », précise Kris Danaradjou, directeur général adjoint du port du Havre. Depuis cette date en effet, l’activité céréalière est concentrée à Rouen, premier port exportateur d’Europe de l’ouest.

Pour détruire les silos, la technique du grignotage a été retenue. Pour ce faire, une grue de 180 t équipée d’un bras télescopique de 56 m a été acheminée au Havre le 17 novembre dernier. Elle est désormais en action. Préalablement, une phase de désamiantage, de curage et de déplombage a été nécessaire. Elle est toujours en cours.

Livraison en mai

La fin des travaux, confiés au groupement Eiffage Boutté et Avenir Déconstruction, est prévue pour mai 2021. La déconstruction de ces trois silos doit libérer des espaces pour accueillir l’opérateur Sucre Océane qui exploite quatre silos à sucre en vrac totalisant une capacité de 60 000 t.

Il doit lui-même se déloger pour permettre l’implantation de la future usine de Siemens Gamesa destinée à la construction de pales et de nacelles d’éoliennes en mer. La construction de cette usine est actuellement en cours et mobilise une vingtaine d’entreprises, pilotées par GTM Normandie Centre.

Si les silos à céréales disparaissent, ce n’est pas pour autant la fin des vracs solides au Havre. Le port normand porte en effet un projet pour son terminal multivrac, outil industriel actuellement inemployé. Une concession devrait être prochainement accordée à un nouvel opérateur.

Jacques Laurent