©DR

 

Les analystes de Sea-Intelligence manient assez bien l’art du buzz le week-end, cette parenthèse où l’attention est captive. Dans un post sur les réseaux sociaux, le consultant danois laisse entendre que Maersk pourrait perdre sa place de leader mondial par la capacité conteneurisée.

Maersk, le leader mondial du transport maritime de conteneurs, pourrait perdre sa première place, qu’il occupe depuis un quart de siècle, au profit de MSC, son challenger et partenaire dans l’alliance maritime 2M. C’est du moins ce qu’indiquent les analystes du cabinet danois Sea-Intelligence. Ils se basent notamment sur l’appétit du transporteur italo suisse en tonnages d’occasion (auparavant affrété) et ses intentions (non confirmées) d’achats de navires neufs.

Avec les tonnages de seconde main qui font l’objet de transactions, la flotte de MSC atteindra 204 navires. Il lui est en outre prêté la ferme intention de passer une commande pour une série de 23 000 EVP. L’entreprise de Diego Aponte, devenue en 2004 la seconde au niveau mondial par la capacité conteneurisée, a déjà sans sa flotte onze géants de 22 000 EVP commandés en 2017.

 

Capture d’écran du classement établi par Alphaliner des compagnies de la ligne régulière par la capacité conteneurisée.

Ecart entre les deux leaders mondiaux extrêmement ténu

Maersk, austérité budgétaire oblige, a plusieurs fois indiqué qu’il faisait ceinture sur les commandes pendant un certain temps.

Actuellement, offre et carnets de commande compris, une feuille de cigarette sépare les deux leaders mondiaux : le danois détient 16,9 % de la capacité conteneurisée avec 4,085 MEVP quand son challenger italo-suisse est à 16 % avec 3,850 MEVP.

Pour rappel, avec la commande récente d’OOCL de sept porte-conteneurs de 23 000 EVP, le nombre de mégamax actuellement en service ou en commande dans le monde s’élève à près d’une soixantaine. Seuls One, Hapag-Lloyd et Maersk n’ont pas encore cédé à l’engouement pour la taille XXL. En revanche, MSC (16 unités), HMM et OOCL (douze chacun), Evergreen (dix) et CMA CGM (neuf dont deux premiers récemment livrés : Jacques Saadé et Champs Élysées) ne s’en sont pas privés. 

Adeline Descamps