Les fortes recettes du marché des pétroliers, entre août 2019 et juillet 2020, ont fait disparaître tout intérêt pour la démolition. Selon l’association internationale d’armateurs Bimco, les 500 jours constituent la deuxième plus longue période sans mise au rebut de VLCC depuis 2009.

Le 2 novembre marquera le 500e jour depuis la dernière mise hors service d'un VLCC et sa vente à la ferraille. Vendu à 440 $ la tonne, le Watban, construit au Japon, a rapporté 20,8 M$ à ses propriétaires. La vigueur du marché des pétroliers jusqu'en juillet 2020 a fait disparaître l'intérêt pour la vente de ferraille, explique Peter Sand, analyste en chef des transports maritimes chez Bimco, une des plus importantes associations internationales d’armateurs. Aujourd'hui, le prix de l'acier au Bangladesh est de 360 $/t, ce qui rapporte environ 15 M$ pour un VLCC moyen. 

Dans sa dernière publication, le Bimco compare le second semestre 2014 à la géopolitique de la pandémie, deux périodes de dépression du prix du pétrole mais de hausse des revenus pour les tankers. « Dans les deux cas, elle a limité l'incitation à la démolition ». Depuis la dernière vente de démolition, 57 nouvelles constructions ont été livrées, ce qui a contribué à une croissance de la flotte de 52 %, poursuit Peter Sand.

La rédaction