La Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Japon et le Vietnam comptent pour 80 % des nouvelles centrales au charbon prévues dans le monde et menacent les objectifs de limitation du réchauffement climatique, indique un rapport de Carbon Tracker. 

La Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Japon et le Vietnam ont au total plus de 600 nouvelles centrales à charbon en projet, selon le think tank Carbon Tracker. Ces centrales, particulièrement générateurs de gaz à effet de serre, portent un potentiel de 300 gigawatts supplémentaires. « Ces derniers bastions du charbon sont à contre-courant », soulève Catharina Hillenbrand Von Der Neyen, responsable des études de Carbon Tracker. Ils mettent en danger l'objectif de limiter le réchauffement des températures à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels, indique l’ONG qui encourage les investisseurs à s’en écarter.

Les experts climatiques considèrent la fermeture des centrales à charbon comme un élément clé pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat. Mais se heurent à une autre réalité : pour de nombreux pays d'Asie Pacifique, les énergies fossiles, qui assurent leur sécurité énergétique, sont le moyen ultime pour alimenter leurs économies en développement rapide. Les trois quarts du charbon utilisé en 2019 l'a été en Asie Pacifique, selon les données de la major pétrolière BP.

368 centrales en cours de construction en Chine

D’après le rapport, la Chine, principal consommateur de charbon et premier émetteur de gaz à effet de serre, porte 368 centrales en cours de construction avec une capacité de 187 GW d’electricité malgré la promesse du président Xi Jinping d'atteindre la neutralité carbone en Chine en 2060.

L'Inde, deuxième plus gros consommateur de charbon au monde, prévoit 92 centrales, soit 60 GW. L'Indonésie a 107 nouvelles centrales au charbon en projet, le Vietnam 41 et le Japon 14.

La rédaction