Le contrat de concession d’une durée de 35 ans, signé entre l’opérateur indien de terminaux portuaires Adani et la Sri Lanka Ports Authority, prévoit de porter la capacité du terminal à conteneurs du port de Colombo à plus de 3 MEVP.

L'accord de construction-exploitation-transfert (BOT) – contrat de concession souvent employé dans le cadre de projets d'infrastructure public-privé à grande échelle, notamment en Asie –, prévoit un engagement de 700 M€, ce qui a été salué comme comme « le plus grand investissement étranger jamais réalisé » dans le secteur portuaire du Sri Lanka.

D’une durée de 35 ans, l’accord signé entre le conglomérat indien Adani Group, la société sri-lankaise John Keells Holdings et la Sri Lanka Ports Authority (SLPA) prévoit de porter la capacité du terminal à conteneurs Colombo West International Container Terminal (CWICT) du port de Colombo à plus de 3 MEVP.  Le port sri lankais entend renforcer « sa réputation de hub portuaire international. »

6,5 MEVP

Colombo est le 24e port à conteneurs mondial avec 6,5 MEVP manutentionnés (- 5 % en 2020). Planifiée à l’origine sur une emprise de 184 ha, la zone sera étendue sur 285 ha en 2008 pour loger de nouveaux postes d'amarrage en eaux profondes et accueillir la dernière génération de porte-conteneurs à l'époque. Le port est desservi par un canal à double sens d'une profondeur initiale de 20 m et d'une largeur de 570 m.

En plus des terminaux à conteneurs sis sur la partie portuaire historique, la SLPA a prévu de développer trois nouvelles installations (chacun ayant une capacité de 2,4 MEVP) au sud, dont le premier a également été aménagé en BOT par Colombo International Container Terminals Limited (CICT), une coentreprise de China Merchants et SLPA.

La rédaction

Photo : ©DR