MSC Croisières, Fincantieri et SNAM annoncent la signature d’un protocole d’accord en vue de construire un paquebot propulsé à l’hydrogène.

Le protocole d’accord signé le 27 juillet entre la filiale opérant les croisières du groupe MSC, le constructeur naval italien et l’opérateur d’infrastructures énergétiques SNAM porte sur « les conditions de conception et de construction du navire et de son infrastructure de stockage », autrement dit la faisabilité économique et technique (notamment pour le soutage) d’un navire de croisière alimenté par de l’hydrogène ?

À condition d’être vert

À condition d’être verte (produit à partir d’énergies renouvelables), l’énergie emporte tous les suffrages pour répondre à la problématique de la décarbonation du transport maritime. Pour rappel, l'hydrogène « vert » peut être produit sans combustibles fossiles en utilisant des énergies renouvelables pour séparer l'eau grâce à un processus appelé électrolyse. Il peut être aussi utilisé pour générer de l'énergie électrique à travers une pile à combustible, n'émettant que de la vapeur d'eau et de la chaleur.

« L'objectif est de promouvoir l'utilisation de l'hydrogène dans le transport maritime afin de parvenir à la décarbonisation et d'attirer les investissements publics et privés nécessaires pour le rendre largement disponible », indique Pierfrancesco Vago, président exécutif de la division croisière du groupe MSC, qui souhaiterait « introduire cette technologie prometteuse dans [sa] flotte et dans le secteur, tout en envoyant un signal fort au marché » et qui compte sur le soutien public pour accélérer les développements.

Étude des facteurs clefs pendant un an

Les trois entreprises se donne un an pour étudier les facteurs clés relatifs au développement de grands paquebots fonctionnant à l'hydrogène : espace à bord pour accueillir les nouvelles technologies H2 et piles à combustible ; paramètres techniques des systèmes embarqués ; analyse technique et économique de l'avitaillement en hydrogène ; étude des gains d’émissions...

La mise en œuvre fera éventuellement l'objet d’accords contraignants à définir entre les parties, est-il précisé. 

La rédaction