Le groupe français a présenté un chiffre d’affaires en hausse de 33 % au premier trimestre, à 5,7 Md€, tiré par la manutention portuaire et l'explosion des prix du pétrole dans le contexte de la guerre en Ukraine.

À taux de change et périmètre constants, l'activité de transport et logistique du conglomérat français est en forte croissance (+ 47 %) pour s’établir à 2,4 Md€. La dynamique des taux de fret et de la demande de transport ont porté la commission de transport tandis que les concessions portuaires et la logistique en Afrique ont été profitables.

La branche africaine, dont la cession pour 5,7 Md€ à l'armateur italo-suisse MSC doit être réalisée d'ici un an, voit ses ventes progresser de 16 % à 627 M€.

Les activités africaines de Bolloré, à tout prix

La logistique pétrolière en hausse de 52 % 

L'activité logistique pétrolière « profite » en outre de la hausse des prix des produits pétroliers, gonflés par le contexte international marqué par la guerre en Ukraine. Le chiffre d'affaires de la branche augmente de 52 % à 848 M€. La direction du groupe, dont plusieurs activités et notamment Bolloré Energy dépendent de fournisseurs russes et ukrainiens, se déclare « vigilante » sur les impacts potentiels du conflit sur ses différentes activités.

La rédaction

Photo : port de Kribi. ©Bolloré