Le groupe Bourbon, spécialiste des services maritimes à l'industrie pétrolière, a annoncé le 2 novembre avoir obtenu du Tribunal de commerce de Marseille l'ouverture de procédures de conciliation pour 22 filiales, dans le cadre des négociations avec ses créanciers.

"Ces procédures de conciliation permettront à Bourbon de poursuivre activement, dans un cadre amiable, la recherche de toutes les solutions pour son développement" ainsi que "les discussions avec les principaux créanciers et crédits-bailleurs", écrit le groupe dans un communiqué. Bourbon explique que cette mesure intervient "en l'absence de confirmation du renouvellement du 'waiver' (dispense, ndlr) général". En juillet, le groupe avait obtenu une dispense lui permettant de différer le remboursement de ses loyers et le service de sa dette, qui a atteint l'an dernier plus de 1,3 milliard d'euros.

Le groupe a notamment souffert de l'effondrement des cours du brut il y a quatre ans, qui a forcé les compagnies pétrolières à tailler dans leurs dépenses. Si la conjoncture s'est améliorée dernièrement, le groupe estime que la reprise ne se matérialisera pour les services en mer que l'an prochain. Bourbon ajoute que "la recherche de nouveaux partenaires financiers" pour assurer son développement et la mise en oeuvre de son plan stratégique annoncé en février "progresse diligemment". Les paramètres des éventuels nouveaux financements, "notamment dans leurs montants et structures (...) ne sont pas à ce stade déterminés", précise-t-il.

--- La rédaction ---