Le Carnival Fantasy, lors de son arrivée en Turquie pour y être démantelé. ©DR

Le leader mondial de la croisière, avec près de 50 % de parts de marché et les dix marques commerciales les plus connues de la planète, a annoncé une perte de valeur estimée entre 600 et 650 M$ due à la vente de paquebots.

L’identité des deux navires n’a pas été révélée. Ces dépréciations ne devraient pas, selon la société, se traduire par de futures dépenses de trésorerie importantes. La décision est conforme à ses efforts pour maximiser ses liquidités, assure la compagnie. Très sévèrement impacté par la crise sanitaire avec ses activités suspendues depuis plus de trois mois, le groupe Carnival a déjà vendu les Carnival Fantasy et Carnival Inspiration pour démantèlement dans la baie d’Aliaga en Turquie*.

Le Costa Victoria, propriété de la marque de la compagnie Costa Cruises, devrait être démoli en Italie, selon VesselValue. En outre, la Holland America Line a vendu les Amsterdam et Rotterdam à Fred Olsen Cruise Lines, tandis que Maasdam et Veendam ont été vendus à un acheteur non déclaré.

Deux mega paquebots envoyés à la casse

Il y a quelques semaines, le leader mondial de la croisière avait déclaré qu'il prévoyait de retirer jusqu'à 13 navires de sa flotte via la mise au rebut et la vente (quatre annoncées durant l'exercice 2020) de façon à « réduire les coûts de maintenance et à endiguer l'impact de la pandémie sur ses activités. »

Le géant des croisières négocie également le report de la livraison de 16 navires en commande. La livraison du Mardi Gras, le premier paquebot au GNL d'Amérique du Nord, est le premier à faire l’objet d’un report, de novembre à février 2021. La société a indiqué qu'elle continuerait à évaluer d'autres options pour alléger sa trésorerie.

La rédaction

*où sont également attendues trois unités de Pullmantur Cruises, coentreprise entre Cruises Investment Holding et Royal Caribbean Group : les Sovereign, construit en 1987, Horizon datant de 1990, et Monarch (1991).

Carnival Corp. surréagit