La Chine doit stopper la construction de nouvelles centrales électriques au charbon et renforcer ses capacités dans les énergies renouvelables si elle veut atteindre son objectif de « neutralité carbone » en 2060, indique une étude du Centre de recherche sur l'énergie et l'air pur.

À la surprise générale, le président chinois Xi Jinping s'était engagé en septembre dans un discours à l'Assemblée générale de l'ONU à ce que son pays, d'ici 2060, absorbe autant de carbone qu'il en émette. Mais une étude du Centre de recherche sur l'énergie et l'air pur (CREA), basé à Helsinki, estime que les surcapacités des centrales existantes et des nouvelles en cours de construction compromettent cet objectif.

L'organisme appelle le gouvernement chinois à tirer un trait sur toutes les nouvelles centrales au charbon planifiées à partir de 2020 et à doubler la croissance de l'éolien et du solaire lors des dix prochaines années. « La Chine devrait viser une réduction des capacités de ses centrales au charbon, à environ 680 gigawatts (GW) d'ici à 2030, au lieu de son objectif actuel de les porter à 1 300 GW ».

Faute de mesures appropriées, les chercheurs estiment que les niveaux de dioxyde de carbone (CO2) émis par le géant asiatique ne diminueront presque pas comparés à ceux de 2020. Outre sa promesse de « neutralité carbone », Xi Jinping avait assuré que son pays parviendrait à son pic d'émissions d'ici 2030. Or, la Chine, faute d'autres sources d'énergie, s'est largement reposée sur le charbon ces dernières décennies afin d'assurer sa production d'électricité et son développement économique.

La rédaction