À l'occasion de son assemblée générale le 22 juin, le Cluster Maritime Français a renouvelé sa confiance à l’unanimité au président sortant pour trois années de plus.

« Plus que jamais, la mer est, et devra continuer d’être, au cœur des défis d’avenir et des ambitions politiques », a indiqué Frédéric Moncany de Saint-Aignan, à l’occasion de sa réélection à la tête Cluster Maritime Français qui compte 470 adhérents. Le président, qui repart pour un mandat de trois ans, est un des grands militants d’une « croissance bleue durable et responsable », de la cause maritime et de sa reconnaissance à sa juste valeur. 

« Accompagner les entreprises françaises dans le développement durable et responsable de leurs activités et de leurs projets » ; « renforcer les synergies entre les secteurs de la filière de l'économie maritime française », « relever les défis de demain, à commencer par le premier d’entre eux, la transition éco-énergétique, mais aussi l’emploi et la formation, l’innovation, la cybersécurité » sont cités comme les trois piliers de l’association.

 Le Cluster Maritime Français compte parmi ses membres des entreprises, des pôles de compétitivité, des laboratoires et centres de recherche, des écoles, universités et organismes de formation, des collectivités et acteurs économiques locaux. Il représente l’économie maritime dans son grand ensemble, les filières établies (transport, pêche, construction navale, télécommunications (câbles sous-marins) et les ressources énergétiques) mais aussi émergentes (ressources minérales, tourisme, biotechnologies, énergies marines renouvelables, aquaculture). Le CFM est à l’origine de la création d’une coalition en faveur de la transition écoénergétique. 

La rédaction