Les propriétaires non-exploitants, qui n'ont pas encore pleinement profité de la récente manne financière du conteneur, devraient désormais en tirer parti. Alignement des planètes, plusieurs opérateurs sont concernés par la fin de contrats d’affrètement. 

Les NOO (non-operating owners), dont les navires sont en fin de contrat d'affrètement, pourraient enfin profiter de la reprise du transport maritime de conteneurs à l’instar des compagnies exploitantes depuis quelques mois déjà. 

Selon Alphaliner, Costamare pourrait voir plus de 100 000 EVP, soit un cinquième de la capacité de sa flotte, sortir de l'affrètement au quatrième trimestre et au premier trimestre 2021. De même, Danaos a plus de 80 000 EVP qui pourraient être mis en service d'ici à la fin mars, soit l'équivalent de quelque 25 navires. Global Ship Lease a également 15 % de sa flotte potentiellement disponible avant la fin de l’année. 

Sur le plan financier, les propriétaires non-exploitants n’ont pas encore recueilli les fruits de l’embellie du marché, « ce qui reflète le décalage dans les taux d'affrètement », indique le spécialiste de la ligne régulière.

Parmi les NOO cotés en bourse, indique encore Alphaliner, seul Seaspan a vu ses profits augmenter significativement au troisième trimestre. Les profits sont plus modestes chez Danaos et Global Ship Lease, mais tout de même en croissance de 25 %. Mais ce n’est pas valable pour tous : Costamare et Navios Maritime Containers sont dans le rouge.

Perspectives prometteuses

Le quatrième trimestre pourrait être différent. Après avoir touché le fond en juillet, les taux d'affrètement à temps ont grimpé en flèche pour toutes les tailles de navire. L’offre de tonnage réduite favorise une augmentation des taux et des temps d’affrètements.

La poussée soudaine des tarifs, qui ont d’abord concerné les grandes unités (4 000 EVP et plus), gagne désormais les plus petites tailles. Les prix ont augmenté au cours des deux dernières semaines. Un porte-conteneur de 3 000 à 3 500 EVP est désormais fixé à près de 18 000 $/j, contre 16 000 $ à la fin du mois d'octobre. Les unités de 2 500 EVP ont renchéri de 3 000 $ en quelques jours. 

Comme le tonnage disponible reste extrêmement limité pour la plupart des tailles, et qu'il n'y a aucun signe d'affaiblissement de la demande, les exploitants de navires non exploitants peuvent s'attendre à ce que les taux d'affrètement restent élevés à court terme, promet le spécialiste de la ligne régulière.

La rédaction

©Costamare