Le secteur des croisières est mis à nouveau à rude épreuve par la propagation fulgurante du variant Omicron. Aux États-Unis, selon les Center for Disease Control and Prevention (CDC), près des deux tiers des paquebots enregistrés et déclarés auprès des agences de la santé ont signalé des cas ces derniers jours.

Les agences de la santé américaines ont actuellement un total de 111 paquebots enregistrés, pour lesquels les compagnies sont tenues de signaler les cas détectés à bord. Seuls 33 d’entre eux n'ont pas fait de remontées au cours des sept derniers jours.

Plus de la moitié, soit 36 navires, font actuellement l'objet d'une enquête par le CDC pour s'assurer que leurs protocoles sanitaires sont respectés après signalements. Les 32 autres navires de croisière ont déjà fait l'objet d'une enquête mais restent sous observation. Aucun n'a en revanche atteint le niveau rouge, qui signifierait une contagion soutenue et représenterait un risque que les centres médicaux à bord soient débordés.

Suspension et annulations

Malgré la mise en oeuvre de bulles sanitaires (vaccination obligatoire, tests multiples) sur leurs navires depuis la reprise des voyages au printemps 2021, les cas positifs se multiplient. À Hong Kong, une croisière du Spectrum of the Seas de la Royal Carribean a été contrainte d’écourter le séjour à cause de 9 cas contacts sur 3 700 passagers, assure l’AFP.

Norwegian a annoncé cette semaine la plus grande série d'annulations récentes (huit entre le 5 janvier 2022 et le mois d'avril, des changements qui impactent sur huit de ses navires. Les passagers du Norwegian Pearl, qui avait quitté Miami le 3 janvier pour une croisière de 11 jours dans les Caraïbes et le canal de Panama, ont été informés quelques heures après le départ que des membres de l'équipage avaient été testés positifs au virus. De même, les passagers qui s'apprêtaient à embarquer à bord du Norwegian Gateway ont reçu le 4 janvier une « communication urgente » les informant d’un ajournement la veille de leur départ 

En Italie, 45 personnes sur les 4 813 du Grandiosa de MSC ont été placés en quarantaine dans le port de Gênes. En Espagne, 3 000 passagers de l'AIDAnova ont été débarqués à Lisbonne au lieu des Canaries après la détection de 68 cas positifs, dont 60 parmi les membres d’équipage.

Au Brésil, les compagnies de croisières ont décidé de suspendre jusqu'au 21 janvier en raison de divergences avec les autorités sanitaires sur l'application des protocoles. 60 % des cas positifs recensés par les autorités sanitaires étaient des personnels navigants. 

La rédaction

Photo : ©MSC Cruises