La compagnie chinoise, qui a pris de court le secteur en annonçant son positionnement sur la ligne Asie-Europe, vient de passer commande de deux porte-conteneurs. La flambée des taux de fret créé un appel d’air pour les nouveaux entrants. 

La société avait annoncé ces derniers jours son entrée sur la ligne régulière entre l'Asie et l'Europe qu’elle exploitera avec un navire de 2 700 EVP. Elle vient de passer commande au chantier naval Wenchong de Guangzhou de deux navires de 1 930 EVP, selon Alphaliner. Au passage, le chantier naval chinois engrange les commandes. 

Jusqu’à présent positionnée sur la desserte intra-asiatique, CULines prévoit de lancer son service le 6 février avec le porte-conteneurs Laila de 2700 EVP, affrété par Peter Dohle. Il fera escale à Shekou et Yantian dans la province de Guangdong, en Chine du Sud, puis à Hong Kong, avant de rejoindre les grands ports européens de Rotterdam et Hambourg. 

China United Lines se lance sur la ligne Asie-Europe

Appel d’air

L’initiative de la compagnie est symptomatique de ce qui se passe actuellement sur les routes maritimes. L’explosion de la demande de transport et des taux de fret a créé un appel d’air et ouvert la porte à des nouveaux entrants, quelle que soit leur taille.

Le coût du transport des marchandises de la Chine vers l'Europe a augmenté de 700 % ces dernières semaines. Quand, au début de l’année, il fallait débourser 2 000 $ pour expédier un conteneur de la Chine vers l'Europe, certains chargeurs ont été facturés jusqu’à 14 000 $ ces derniers jours. Dans ces conditions, les appétits s’aiguisent.

La rédaction