La Grèce a reçu deux offres fermes dans le cadre de la privatisation partielle du port grec situé au nord du pays, a indiqué l'agence nationale en charge de la privatisation.

Les soumissionnaires, qui ont été retenus, faisaient déjà partie des quatre investisseurs présélectionnés l'année dernière. Quintana infrastructure and development et International Port Investments Alexandroupolis — une joint-venture de Black Summit Financial Group, Euroports, EFA Group et GEK Terna –, ont déposé une offre ferme pour acquérir une participation de 67 % dans le port grec située au nord du pays, près des frontières avec la Bulgarie et la Turquie.

L'agence nationale en charge de la privatisation (HRADF) dévoilera ultérieurement les offres financières qui répondent aux conditions de l'appel d'offres, a-t-elle précisé.

La Grèce a besoin d’argent frais et elle compte sur les investissements privés étrangers. La privatisation de plusieurs des ports régionaux s’inscrit dans le cadre d'un plan plus large de ventes d’actifs.

Pour le port d'Igoumenitsa, au nord-ouest du pays, s’est positionné un groupement composé d'Attica Holdings et d'Aktor Concessions (Grimaldi Euromed, Minoan Lines et Investment Construction Commercial and Industrial) et de l'autorité portuaire de Thessalonique. HRADF a fait savoir à ce stade qu'elle avait demandé à ce stade au consortium de revoir la copie.

Flambée des prix de l'énergie

Alexandroupoli dispose notamment du seul terminal méthanier du pays (capacité de stockage de gaz de 225 000 m3 et regazéification de 1 400 m3 par heure), une infrastructure qui devient stratégique pour rentrer du GNL alors qu’Athènes a réduit ses importations de gaz russe (dont elle dépendait à hauteur de 40 % avant la guerre) de plus de la moitié cette année.

Comme d'autres pays européens, le pays est aux prises avec la flambée des prix de l'énergie et a dépensé quelque 9 Md€ depuis l'année dernière au titre de mesures de pouvoir d’achat.

En juillet, DESFA, qui exploite le terminal méthanier, a affrété une unité flottante de stockage et de regazéification et (FSRU), amarrée près de Revithoussa avec une capacité de stockage de 153 500 m3 de GNL et de regazéification de 4 millions de tonnes par an.

La rédaction

Photo : ©DR