En collaboration avec Ørsted, ABB et Ballard Power Systems, l’armateur danois envisage d'exploiter, d’ici 2027, un ferry alimenté par de l'électricité produite à partir de piles à combustible à hydrogène. Le groupement a sollicité des financements européens.

Pour mener à bien ce projet, l'opérateur danois de ro-pax s'est associé à un des spécialistes de l’hydrogène ABB, à la société canadienne spécialisée dans les piles à combustibles Ballard Power Systems et au développeur danois de parcs éoliens Ørsted, et aussi la société de classification Lloyd’s Register ou encore Hexagon Purus, une entreprise allemande opérant dans les matériaux composites.

Le consortium vise à introduire à horizon 2027 – « si tout se passe comme prévu » – un nouveau ferry à hydrogène d’une capacité de transport de 1 800 passagers et de 120 camions ou 380 voitures grâce à un pont-garage de 2 300 mètres linéaires. Il assurera la liaison entre Copenhague, Frederikshavn et Oslo, et sera alimenté par de l'électricité produite à partir de piles à combustible à hydrogène d’une capacité jusqu'à 23 MW. L'hydrogène sera produit à partir d'éoliennes offshore.

Nouvelle étape vers l'alimentation en hydrogène des navires ?

Demande de fonds européens
Les partenaires ont notamment sollicité des financements dans le cadre du Fonds européen d'innovation, programme de financement pour les technologies innovantes à faible teneur en carbone et fléché vers les industries à forte intensité énergétique.

« Les plus grands systèmes de piles à combustible actuels offrent une capacité de production de 1 à 5 MW, et la mise au point d'installations de piles à combustible à aussi grande échelle pour un ferry électrique est un défi technique », reconnaît Torben Carlsen, le PDG de DFDS, dans un communiqué de presse. D’où la nécessité d’une vaste collaboration. « Nous ne pouvons réussir que dans le cadre de partenariats. (...) Ensemble, nous espérons réussir à rendre ces types de combustibles et ces technologies commercialement viables. »

BP et Ørsted s'associent pour produire de l'hydrogène vert

Nouvelles technologies d’énergies

Les parties prenantes de ce projet sont associées par ailleurs dans des initiatives autour des nouvelles technologies d’énergies. Ainsi, Hydrogène de France et ABB ont signé un protocole d’accord en avril dernier pour fabriquer des piles à combustible de forte puissance capables d'alimenter des navires. Ørsted et BP sont associés dans le projet Lingen Green Hydrogen qui vise, grâce à un électrolyseur de forte puissance de 50 mégawatts (MW), à produire une tonne d'hydrogène renouvelable par heure, soit près de 9 000 t par an. L'électrolyseur sera alimenté par un parc éolien offshore de la mer du Nord d’Ørsted.

A.D.

Photo : ©DR