L'opérateur portuaire émirati, qui s'était associé à un partenaire israélien, pour faire une offre dans le cadre de la privatisation du port, décline sa proposition.

DP World avait déposé une offre en septembre 2020 avec un groupe israélien en vue de se positionner pour l'un des deux principaux terminaux israéliens dans le cadre d’un processus de privatisation des ports publics lancé par Tel Aviv en janvier 2020.  

« Israël a deux ports, Ashdod et Haïfa. Ils sont tous deux très bien situés. S'il y a une opportunité, rien ne nous empêche d'y être présents », avait alors déclaré le président de DP World, Sultan Ahmed bin Sulayem, à Arabiya TV. L’opérateur portuaire, parmi les cinq premiers manutentionnaires mondiaux, avait signé une série d’accords avec la société israélienne DoverTower, propriété de l'homme d'affaires israélien Shlomi Fogel et actionnaire notamment des Chantiers navals israéliens Israeli Shipyards et du port d'Eilat.

Concessionnaire jusqu’en 2054

Selon les termes de l'appel d'offres, l’attributaire obtiendra une concession du port jusqu'en 2054. Le gouvernement israélien entend ainsi engranger 289 M$. L’annonce du partenariat israélo-émirati avait été faite au lendemain de la signature entre Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn d'un accord dit historique visant à normaliser les relations commerciales et économiques.

Dans une déclaration publiée la semaine dernière, l'autorité israélienne en charge du dossier a indiqué que Israel Shipyards Industries maintenait sa proposition mais seul. DP World n'a pas commenté. Le soumissionnaire retenu devrait être annoncé avant la fin de l'année 2021.

 Les plus grands porte-conteneurs qui font actuellement escale à Haïfa sont des porte-conteneurs de 15 000 EVP de Maersk, dans le cadre de l’alliance 2M sur le service Asie-Med service AE12/Phoenix. 

A.D.