En mars, l'indice mondial des ports à conteneurs a bondi de 124,5 points après avoir chuté de 20 points en février. Le rebond de mars, bien que représentant un gain de 15,2 % par rapport à février, n'a cependant pas retrouvé le cours de janvier dernier (128 points) et reste inférieur de près de six points au chiffre de mars 2019. ​

En mars 2020, l'indice mondial des ports à conteneurs a bondi de 124,5 points après avoir chuté de 20 points en février 2020, ce dernier mois cumulant une situation ordinaire à cette époque avec les vacances du Nouvel An chinois et et un fait exceptionnel dû à l’acmé de l'épidémie de Covid-19 en Chine. Les effets sur les volumes d’exportation ont été décuplés. Le rebond de mars 2020, bien que représentant un gain de 15,2 % par rapport au mois précédent, n'a cependant pas retrouvé le cours de janvier 2020 (128 points) et reste inférieur de près de six points au chiffre de mars 2019. 

Pour rappel, l’indice établi par le consultant britannique Drewry analyse la croissance/déclin des volumes portuaires, basés sur les données mensuelles de plus de 220 ports représentant plus de 75 % des volumes mondiaux. Le point de base des indices est janvier 2012, soit 100.

La Chine en reprise

Après avoir connu la plus forte chute jamais enregistrée en février 2020, la première zone portuaire mondiale, la Chine, a engrangé 40 points (44,3 %) en mars. Toutefois, cette croissance reste inférieure d'environ 7,3 points (5,2 %) à celle de mars 2019. Une partie de ce gain peut être attribuée aux ports qui ont traité les cargaisons accumulées en février alors que faisaient défaut en raison des mesures de confinement les employés portuaires censés les évacuer. 

Los Angeles, en chute libre

 En Amérique du Nord, l’indice a encore baissé de 5,5 points (4,5 %) en mars et était inférieur de 18 points (13,4 %) à celui de mars 2019. Sans le coronvirus, les ports américains devaient déjà composer avec la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. La situation s'est exacerbée avec la fermeture prolongée des usines en Chine à la suite du Nouvel An chinois, puis de la mise sous cloche de l’activité industrielle chinoise. En mars 2020, l’indice de Los Angeles, le plus grand port des États-Unis, était inférieur de 44 % à celui de janvier 2020.

Les ports méditerranéens, plus sévèrement santionnés

Avec 116,6, les ports européens sont dans la même situation qu’en février. Sans rebond. Les ports méditerranéens ressentent plus vivement les répliques des perturbations portuaires chinoises.

En Amérique latine, l'indice n’a pas davantage rebondi entre février et mars, mais était cependant supérieur de 3 % à celui de mars 2019, avec une forte croissance des hubs de transbordement de Manzanillo et Balboa au Panama et des volumes en hausse à Santos et Parangua au Brésil.

En Afrique, où l’analyse est biaisée car elle s’appuie sur un petit échantillon de ports, les indicateurs sont tombés à 95 points, soit 11 points (10,4 %) de moins qu'en février. Il s’agit de leur niveau le plus bas en 50 mois, depuis janvier 2016.

A.D.