Le spécialiste français des systèmes de confinement à membranes dédiés au transport et au stockage du GNL va concevoir les cuves de six autres méthaniers brise-glace de type ARC7. Ils sont destinés à transporter le GNL dans le cadre du projet Arctic LNG 2, porté par le géant du gaz russe Novatek.

« Six ans après les premières commandes de méthaniers brise-glace pour le projet Yamal et après des centaines de voyages à travers les glaces de l'océan arctique », rappelle Philippe Berterottière, le PDG de GTT, l’entreprise française embarquera ses systèmes de confinement à membranes NO96 sur six autres méthaniers exploités pour transporter du GNL depuis les champs gaziers de la péninsule de Gydan, dans le nord-ouest de la Sibérie.

Pour MOL et Sovcomflot

Elle a reçu la commande du coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME), qui avec l’autre coréen SHI, sont les chantiers de prédilection de Novatek, actionnaire principal des projets Yamal LNG et LNG Artic 2*. D’une capacité de 172 500 m3, trois d’entre eux seront construits pour le compte de l’armateur japonais Mitsui OSK Lines Ltd. (MOL) et les trois autres pour l’armateur russe Sovcomflot (SCF). Ils seront livrés durant l’année 2023. 

GTT avait obtenu fin juin une commande du chantier naval russe Zvezda pour équiper en membranes cinq brise-glace de type Arc7 destinés également au projet Arctic LNG 2. Il s’agissait alors d’une quasi première signature avec le chantier naval russe, notamment impliqué dans la construction de 15 méthaniers dont certains en partenariat avec le sud-coréen Samsung Heavy Industries (SHI). 

Depuis le début de sa collaboration, GTT aura fourni sa technologie à 21 ARC7 pour DSME (dont 15 livrés entre 2017 et 2019 et 6 commandés le mois dernier) et 15 pour Zvezda.

La rédaction

* Outre Novatek, les autres actionnaires Total, Japan Arctic LNG B.V., China National Petroleum Corp. (CNPC) et la China National Offshore Oil Corp. (CNOOC).