Le président de la société gestionnaire du canal de Suez se dit prêt à ramener le dédommagement exigé à 550 M$, moyennant une caution de 200 M$. Au versement de cette somme, Osama Rabie consent à libérer le navire qui a bloqué la voie de navigation pendant une semaine et qui est toujours immobilisé dans le Grand Lac Amer.

Alors que les recours juridiques du propriétaire du navire Shoei Kisen et de son assureur UK P&I Club n’aboutissent pas, Osama Rabie le président de l’Autorité du canal de Suez (SCA) qui s’est exprimé dans un média local ce week-end, se dit prêt à s’entendre sur la somme de 500 M$. Initialement, le gestionnaire du canal de Suez qui se dit lésé par le blocage pendant une semaine du porte-conteneurs de 20 388 EVP armé par Evergreen, avait exigé une compensation de 916 M$ avant de la revoir à la baisse, à 616 M$. La société indique en outre que le navire pourra reprendre la mer une fois qu'un dépôt de 200 M$ aura été versé. 

Nouvelle audience le 29 mai

Dans ses recours juridiques, Shoei Kisen fait valoir que son navire aurait dû être accompagné d'au moins deux remorqueurs adaptés pour effectuer le transit dans des conditions de tempête. Ses avocats avaient déjà plaidé l’illégalité de l'immobilisation du navire et demandé 100 000 $ pour les pertes liées à l’immobilisation contrainte et prolongée.

La prochaine audience devant les tribunaux est fixée au 29 mai. À moins que d’ici là, une négociation à l’amiable intervienne. Toutes ont achoppé jusqu’à présent.

A.D.

©JT

 

Sur le même sujet