C’est inédit depuis 60 ans. Le Royaume-Uni a enregistré l’an dernier le plus faible nombre de passagers à destination et en provenance du Royaume-Uni sur les lignes internationales. 

En 2020, les ports britanniques ont accueilli le plus faible nombre de passagers internationaux depuis 1962 – avant que les britanniques ne commencent à visiter en masse le continent européen – selon les données publiées par le ministère des Ttransports britannique. En raison de la crise sanitaire et des restrictions de voyage, le nombre de passagers du transport maritime à courte distance (y compris les chauffeurs de fret et les touristes) sur les lignes internationales à destination et en provenance du Royaume-Uni a diminué de 63 %, passant de 18,4 à 6,9 millions entre 2019 et 2020. Le nombre de passagers nationaux a dégringolé pour sa part de 57 %, passant de 2,8 à 1,2 million en 2020.

De mai à août, une augmentation constante du nombre de passagers a été cependant observée, ce qui correspond non seulement à la période de pointe des vacances, mais aussi à un assouplissement des restrictions de déplacement. Néanmoins, les statistiques restaient bien en deçà de leur jauge habituelle, ce qui est interprété outre-Manche comme « un manque de confiance et d'appétit de voyager ». 

- 63 % avec la France

Les voyages à destination/au départ de la France ont connu la plus forte baisse avec une diminution annuelle de 63 %, suivie de près par les liaisons à destination/au départ de la République d'Irlande, des Pays-Bas et de l'Espagne, toutes entre 60 et 62 %.

En réaction à l’annonce de ces données, la British Ports Association a exhorté le gouvernement britannique à « restaurer la confiance dans l'industrie du voyage » et rappelle que le ferry est un moyen de transport plus « safe Covid » que d'autres, en raison des espaces et de la ventilation naturelle. L'APB a également demandé au gouvernement « d'encourager le retour à la croisière dès qu’il sera en mesure de le faire ». 

Robert Jaques

Photo : ©Brittany Ferries