©HAROPA
 

Au cours des six premiers mois de l’​année, les transitaires ont encaissé une chute des volumes de marchandises de 11,6 %. Le second semestre ne semble pas devoir inverser cette tendance, projette Transport Intelligence.

Quand bien même les marchés du fret aérien et maritime monteraient quelques signes d'amélioration d’ici la fin de l'année, Transport Intelligence maintient ses prévisions : les transitaires mondiaux devraient accuser une chute des volumes de fret de 10,2 % en 2020. À fin juin, les flux étaient en repli de 11,6 %.

« Il est certain que la situation s'améliore par rapport aux niveaux bas atteints en avril et mai mais le retour aux niveaux d'avant la crise prendra du temps et la forme de cette reprise reste très incertaine », indique la société d’études. 

Quand le fret aérien prend la mer

Pénurie de conteneurs

Le fret aérien a été sans surprise le plus impacté par la pandémie du fait des restrictions de voyage qui ont cloué au sol les avions. Les vols commerciaux restreints, le transport de marchandises, qui voyage d’ordinaire en soutes, a été en particulier pénalisé.

En mer, les commissionnaires ont également été confrontés à une problématique de disponibilité. Les blank sailing, mis en oeuvre par les compagnies pour ajuster l’offre à la demande, ont fait monter les taux en flèche. Une augmentation des prix qui s’est répercutée sur les transitaires, puis sur les chargeurs. La ruée actuelle vers les capacités dans le Pacifique, où la pénurie de conteneurs guette, exacerbe la situation.

DHL Global Forwarding et DSV se sont inquiétés ces derniers jours de la tendance des compagnies maritimes, appatées par d’alléchants taux de fret, à forcer sur les capacités mises sur le marché transpacifique, entre Asie et côte ouest américaine. Du coup, la pénurie de conteneurs menace ailleurs. « Certains transporteurs maritimes retirent actuellement des conteneurs de la voie commerciale Asie-Europe ainsi que des routes intra-asiatiques pour les déployer vers des routes à plus haut rendement », a déclaré Dominique von Orelli. Le responsable mondial du fret maritime chez DHL Global Forwarding intervient après que le PDG de DSV Air & Sea, Carsten Trolle, a évoqué des « tarifs qui ont déraillé ». 

À l'heure actuelle, plus de 70 % des conteneurs du monde seraient à bord des navires avec des marchandises. « La disponibilité des conteneurs restera tendue dans les mois à venir » a reconnu la compagnie allemande Hapag-Lloyd, interrogé par un titre de la presse professionnelle sur le sujet.

La rédaction