Le P&I désamorce quelques idées reçues sur les conteneurs passés par-dessus bord. Combien de temps restent-ils à flot ? L’idée selon laquelle ils restent sous la surface est-elle fondée ? Un article original. 

Ces dernières semaines, les incidents avec pertes de conteneurs se sont multipliés notamment dans le Pacifique connu pour ses vents violents. Dans un article intitulé What happens to containers lost overboard, l’assureur s’est interrogé sur ces objets errants en mer. 

Pendant combien de temps un conteneur va-t-il flotter ? Les conteneurs vides finiront par couler car ils ne sont pas vraiment étanches mais il est difficile d’estimer le temps, indique le P&I, car il y a trop de variables : type de marchandises, de conteneur, sa perméabilité et sa résilience. « Toutefois, le facteur le plus déterminant est son état structurel après son impact. Certains conteneurs coulent immédiatement, tandis que d'autres flottent à travers l'Atlantique. Dans un cas, un conteneur a flotté 15 mois et traversé l'Atlantique, des Caraïbes jusqu’à l'Espagne !»

Une fois en mer, l'eau pénètre par les évents et les joints, précise l’article. Cependant, les conteneurs de faible charge et de densité, « peuvent flotter pendant des années, même lorsqu'ils sont percés et gorgés d'eau. La cargaison elle-même peut avoir une portance suffisante pour maintenir le conteneur à flot. »

ONE Apus et les autres : la perte de conteneurs reste un sujet

Reefers plus étanches

Moins surprenants, les conteneurs frigorifiques sont par nature plus étanches. Ils peuvent flotter de ce fait jusqu'à ce qu'ils se brisent, selon le « le choc, l'état de la mer et l'action des vagues. »

Selon les assureurs, la hauteur est un autre facteur déterminant : les conteneurs ont tendance à flotter plus longtemps lorsqu’ils sont tombés d’une plus faible hauteur. C’est loin d’être anodin car « cela signifie que les conteneurs tombant de petits caboteurs et de barges peuvent souvent être récupérés avant de sombrer alors qu’ils coulent souvent presque immédiatement après avoir touché la surface de la mer lorsqu’ils sont passés par-dessus bord d’un porte-conteneurs »

Le Standard Club se penche sur les effondrements de piles de conteneurs

Pas de « sub-floater » 

Le mythe du « sub-floater » est un leurre, désamorce le P&I : « il est physiquement impossible qu'un conteneur soit totalement immergé et flotte à une certaine profondeur sous la surface. La raison est conforme aux principes fondamentaux d'Archimède en matière de masse et de déplacement : le conteneur ne peut être qu'en surface, partiellement immergé, ou au fond » (ou en train de couler, ce qui est en général rapide).

La poussée ou force ascendante sur tout objet flottant librement est égale au poids du liquide qu'il déplace, rappellent les assureurs. Si le poids de son contenu est plus faible que la quantité d'eau déplacée, il flottera donc. Si le rapport est inverse, le conteneur coulera. 

Selon le P&I, en moyenne, les boîtes perdues en mer flottent pendant trois mois. « À de grandes profondeurs, il peut être pratiquement impossible de les récupérer. Cela nous renvoit à la vieille maxime selon laquelle il vaut toujours mieux prévenir que guérir. Il reste donc essentiel d'identifier les causes profondes de l'effondrement des piles et des autres événements entraînant la perte des conteneurs. »

A.D.

Photo ©Marine nationale