En février 2019. Jean-Marc Forneri (à gauche), aux côtés de Renaud Muselier, président de la région Sud, Christine Cabau-Woehrel, alors présidente du directoire du port de Marseille et Renaud Paubelle, directeur de l’aménagement du GPMM. 

Le président du Conseil de surveillance du port de Marseille, qui avait été réélu en avril 2019 pour un nouveau mandat de cinq ans, est décédé brusquement le 28 décembre, a-t-on appris auprès de sources proches. Le président-fondateur de Bucéphale Finance, société de conseils en fusions-acquisitions, avait 61 ans.

Le verbe franc. Jean-Marc Forneri était connu pour ne pas s’en laisser conter et ni à dissimuler ses sentiments quels qu’ils soient. Énarque, inspecteur des finances, conseiller auprès d'Édouard Balladur, alors Ministre des Finances, il formait un duo avec Hervé Martel, nommé en avril 2019 à la présidence du directoire, après avoir présidé aux orientations du port phocéen aux côtés de Christine Cabau-Woehrel dès 2014.

Profil financier, le professionnel disposait d’un carnet d'adresses garni par une carrière dans la banque : associé-gérant de Worms et Cie, conglomérat actif dans le transport maritime, l'assurance et la banque, où il sera en charge de la banque d'investissement ; président de Crédit Suisse First Boston France et vice-président du Crédit Suisse Europe. Il fut en outre administrateur et directeur général de Skis Rossignol, l’un des tout premiers spécialistes mondiaux du matériel de ski.

En tant que président de Bucéphale finance, il est intervenu pour de grands comptes, tels AGF, Total, Pechiney, Wendel, KKR, Société générale, BNP Paribas, Dexia, Gecina, Partouche, Schneider, Coflexip, Altadis, EDF, France Télécom, Galeries Lafayette ou encore Vivendi Universal.

À l’occasion de son second mandat en tant que président du conseil de surveillance, les profils de la banque et de la finance y ont fait leur entrée en force, soit avec lui, trois des cinq personnalités qualifiées. « Si j’ai souhaité et accepté d’assurer cette présidence pour un second mandat, c’est parce que je considère que de grands chantiers, initiés par le précédent conseil de surveillance, ne sont pas achevés (...) Le travail du conseil et du directoire devra notamment s’inscrire dans le cadre de quatre axes qui me paraissent essentiels  : renforcer l'action commerciale afin de trouver de nouveaux clients et les fiabiliser, poursuivre l’aménagement des bassins Est et des bassins Ouest, former les personnels à la digitalisaton, favoriser une meilleure transition écologique », avait alors déclaré Jean-Marc Forneri.

A.D