Le spécialiste français des systèmes de confinement à membranes dédiés au transport et au stockage du GNL a reçu fin juin une commande de la part du chantier naval russe Zvezda pour la conception des cuves de cinq méthaniers brise-glace de type ARC7.

Il s’agit d’une quasi première signature avec le chantier naval russe, si on exclue le contrat de licence et d’assistance technique (Technical Assistance and License Agreement). Il s’agit d’équiper en membranes les brise-glace de type Arc7 destinés au projet Arctic LNG 2, porté par le géant du gaz russe Novatek, actionnaire principal du projet auquel ont souscrit financièrement Total, Japan Arctic LNG B.V. (coentreprise entre le négociant de matières premières Mitsui et Japan Oil, Gas and Metals National Corporation, JOGMEC), China National Petroleum Corp. (CNPC) et la China National Offshore Oil Corp. (CNOOC).

Basé dans le Kraï du Primorié, à l'Extrême-Orient russe, le chantier naval est notamment impliqué dans la construction de 15 méthaniers de ce type, dont les constructeurs sud-coréens sont experts et friands. Tous dédiés au projet Arctic LNG 2 du géant gazier russe Novatek, ils seront construits en partenariat avec le sud-coréen Samsung Heavy Industries sur la base d’un transfert de technologie en contrepartie de la commande de cinq navires (1,5 Md$). Une fois livrés, les cinq navires pourront transporter 19,8 Mt de GNL par an depuis les champs gaziers de la péninsule de Gydan, dans le nord-ouest de la Sibérie. 

Zvezda donne corps aux ambitions russes dans la construction navale civile

Près de 800 M$ ont déjà été alloués à la construction de méthaniers pour le projet Arctic LNG 2, qui devrait démarrer en 2023. La Russie, qui détient les plus grandes réserves de gaz naturel au monde, possède deux usines de GNL. L’une est dirigée par Gazprom sur l'île de Sakhaline avec une capacité annuelle de 9,6 Mt. L’autre, à Yamal, une péninsule de 700 km de long qui s’enfonce dans la mer de Kara au nord-ouest de la Sibérie, est exploitée par un consortium international qui réunit Novatek (50,1% des parts), Total (20 %), CNPC (20 %) et Silk Road Fund (9,9 %). Yamal LNG exploite les ressources de gaz du champ South Tambey. Le projet Arctic LNG 2 est le clone de Yamal, conçu pour produire environ 6,6 Mt de GNL par an pour chacune de ses trois lignes de production.

Arctic LNG 2 : Après la Chine, le Japon investit dans le projet russe

Chaque navire offrira une capacité de 172 600 m3. GTT réalisera le design des cuves qui intégreront le système de confinement à membranes Mark III. « C’est le résultat de dix années de travail pour adapter les technologies GTT aux conditions arctiques, dans lesquelles les méthaniers peuvent à présent opérer sans difficulté. La livraison des navires interviendra entre le premier et le dernier trimestre 2023 », a précisé l’entreprise présidée par Philippe Berterottière.

L’entreprise française avait signé en septembre dernier un contrat pour founira trois plateformes gravitaires de stockage (« gravity based structure », GBS) également destinés au projet Arctic LNG 2, dont la base est implanté près du port russe de Sabetta. Les structures gravitaires de l'Arctic LNG 2 sont constituées de caissons en béton avec des réservoirs de confinement à membrane. Les deux premières auront chacune deux réservoirs de stockage de GNL et un réservoir de stockage d'éthane. Le troisième n'aura que des réservoirs de stockage de GNL.

A.D.