La pandémie s'est avérée profitable à l’ensemble du secteur. L'année 2020 l’a été d’autant plus pour le transporteur sud-coréen, abonné ces dernières années aux trimestres dans le rouge. Des résultats sans doute historiques pour l’armateur qui a mis sur le marché ses douze mégamax l’an dernier.

Dès le troisième trimestre 2020, galvanisée par des taux de fret au plus haut et l’introduction de sa série de porte-conteneurs de 24 000 EVP, HMM se montrait confiant pour réaliser un bénéfice, et ce, pour la première fois depuis 5 ans. Elle anticipait même le maintien de ratios positifs au moins jusqu’à la fin premier semestre 2021. Les résultats pour le seul quatrième trimestre ont été plus encore impressionnants, avec un bénéfice d'exploitation qui a plus que doublé, passant de 230,7 à 480,5 M$ entre le 3e et le 4e trimestre.

Ainsi le transporteur sud-coréen finit-il l’exercice 2020 avec un bénéfice d'exploitation de 831,1 M$ contre une perte de 254 M$ en 2019. Le résultat net ressort à 105 M$, contre un déficit de 499,8 M$ en 2019. Il s’agit de son meilleur bénéfice d’exploitation depuis 2010 et du second plus important de son histoire. Ses revenus ont augmenté de 16,3 %, passant de 4,67 à 5,43 Md$ entre 2019 et 2020.

Clap de fin pour les géants de HMM

Une aubaine

L’an dernier, année où elle a rejoint THE Alliance (Hapag-Lloyd, Yang Ming, ONE) comme membre à part entière, la compagnie a profité de conditions d’exploitation favorables, aidées par les prix bas du carburant et surtout de la hausse des taux de fret. D’autant plus qu’elle a réalisé une part importante de ses ventes sur le marché spot.

L’introduction de ses douze megamax en temps de pandémie, qui faisait craindre le pire aux analystes, s’est avérée au contraire comme une véritable aubaine. Et selon l’armateur, ils tournent à pleine charge. Néanmoins, les volumes de conteneurs du transporteur ont chuté de 9,2 % en 2020, passant de 4,28 à 3,89 MEVP en un an.

Ces compagnies qui appellent l’État en renfort

Pas d’amélioration avant la fin du printemps

Quant à la désorganisation actuelle du marché, la direction de la société ne voit pas d’amélioration notable avant la fin du printemps. Et il gage sur la campagne de vaccination et un semblant de retour à la normalité pour que « les habitudes de consommation se déplacent vers les services », se traduisant selon la direction par « la baisse des taux de fret ».

Non rassasié par ses douze géants, HMM attend huit unités de 16 000 EVP au cours du premier semestre de l'année, qui lui permettront « d’améliorer sa structure de coûts et d’assurer une plus grande efficacité opérationnelle.» 

A.D.

Sur le même sujet