Le site web de l’entreprise rendu inaccessible par l’attaque contre ses infrastructures informatiques.

 

La compagnie maritime norvégienne a été frappée par une cyberattaque majeure qui pourrait avoir affecté son infrastructure informatique au niveau mondial. 

En 2020, les rançongiciels, ces virus qui cryptent les données des systèmes informatiques et exigent une rançon contre une clé de déchiffrement, ont fait des secteurs maritime et logistique de véritables proies. Après MSC, CMA CGM et l’OMI, les sociétés de logistique Blue Water Shipping et Gefco, c’est au tour de l’opérateur de croisières dans les fjords de faire l’objet des assauts d’un ransomware. 

Dans un entretien à Reuters, Ole-Marius Moe-Helgesen, responsable IT du croisiériste a décrit l'incident, survenu dans la nuit de dimanche à lundi, comme « une attaque majeure » contre ses systèmes d’information au niveau mondial. La société, qui a produit un bref communiqué, n’a pas précisé si les agressions contre son infrastructure informatique avaient entraîné un vol de données et une demande de rançons. « Nous travaillons avec toutes les ressources disponibles pour isoler le virus et limiter les dégâts », a-t-elle indiqué.

Cet incident survient alors que la compagnie norvégienne est, comme l’ensemble de l’industrie de la croisière, fauchée par la crise sanitaire. Elle fut l’une des premières à reprendre la mer en juin mais a dû y renoncer rapidement en raison de cas détectés à bord.

La rédaction