©HHI Ulsan

Le constructeur naval sud-coréen va réduire ses coûts de 20 % par une réorganisation de ses activités

Le chantier naval sud-coréen, qui gère les sites d'Ulsan, Hyundai Mipo et Hyundai Samho, prévoit de fusionner deux de ses divisions afin de réduire ses coûts à partir du 1er juillet dans le cadre d'une restructuration à l'échelle du groupe qui réduira sa taille d'un cinquième, se font l’écho plusieurs médias sud-coréens. La réorganisation devrait s’accompagner de licenciements parmi les cadres et réduire le nombre d'unités commerciales de 20 %.

Les chantiers sud-coréens, comme la plupart des acteurs de la construction navale, ont été fragilisés par la crise sanitaire, qui a fait plonger les commandes de nouvelles constructions. Korea Shipbuilding & Offshore Engineering, la holding chapeautant HHI Hyundai Mipo et Hyundai Samho, n'a atteint fin mai que 10,4 % de son objectif annuel de commandes établi à 17,5 Md$ indique le média sud-coréen Yonhap. Pour rappel, les deux géants de la construction navale sud-coréenne – HHI et DSME – ont engagé un processus de fusion qui butte pour l’heure sur des problèmes réglementaires.

Au total, 246 navires ont été commandés jusqu'à présent, ce qui représente une baisse de 53 % en glissement annuel, selon les dernières données de Clarkson.

La rédaction