Le projet de l'ex-ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari de rejoindre le groupe CMA CGM en tant que vice-président exécutif a été retoqué par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, indique l’AFP.

Le groupe de transport et logistique CMA CGM ne pourra pas confier son futur pôle spatial Jean-Baptiste Djebbari comme il l’envisageait en raison des règles qui régissent les règles déontologiques et préviennent les conflits d'intérêts.

Saisie le 15 mars, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) considère que le projet de l’ex-ministre des Transports d'intégrer le troisième armateur mondial de porte-conteneurs « est incompatible avec les fonctions gouvernementales qu'il a exercées au cours de trois dernières années », dans la mesure où il a rencontré à huit reprises les cadres dirigeants de l'entreprise. « Il y a un doute légitime quant aux conditions dans lesquelles le ministre a exercé ses fonctions gouvernementales », explicite a HATVP.

Bronca dans l’opposition

Cela signifierait que l' ancien ministre devra faire l’impasse sur toutes les fonctions qui touchent de près ou de loin à l'intermodalité, l'aviation civile, les applications satellitaires, les ports ou les transports maritimes au vu des dossiers qu’il a eu à gérer.

Le 16 mai, l'annonce de la reconversion de Jean-Baptiste Djebbari chez un constructeur de voitures à hydrogène, alors qu'il était encore ministre pour quelques heures, avait déjà créé la polémique d’autant qu'il avait saisi l'autorité le 31 janvier, plusieurs mois avant les élections.

La HATVP avait toutefois accepté, avec des réserves (ne pas entreprendre de démarche auprès du ministère des Transports pendant trois ans), sa nomination au conseil d'administration d'Hopium, une start-up autour de l'hydrogène.

Mise en garde  

L’instance a en revanche donné son feu vert à la création d'une société de conseil, mais avec interdiction de toute démarche auprès des membres du gouvernement ou des administrations en charge des transports, et a mis en garde l’ancien député contre le risque pénal « de prise illégale d'intérêts » dans les cas où sa future société de conseil aurait comme cliente une entreprise du secteur des transports.

Ancien pilote d'avion, Jean-Baptiste Djebbari, élu en 2017 député de la Haute-Vienne sous l'étiquette LREM, a été en charge des Transports au sein du gouvernement entre 2019 et 2022. Il avait été notamment « recruté » pour sa connaissance du secteur en raison de ses précédentes fonctions.

La rédaction

Photo : Lors de l’inauguration du futur centre de formation et d'innovation de CMA CGM. La première pierre a été posée en présence de Jean-Baptiste Djebbari, alors ministre délégué aux Transports et en visite pendant deux jours à Marseille. De gauche à droite : l’architecte des lieux, Jean-Michel Wilmotte, Jean-Baptiste Djebbari, Rodolphe Saadé, PDG du groupe CMA CGM et Benoit Payan, le maire de Marseille