La compagnie maritime japonaise va expérimenter à bord d’un navire le captage du CO2 et pousser sa R&D sur la conception d'installations compactes, en collaboration avec ses partenaires Mitsubishi Shipbuilding et Nippon Kaiji Kyokai.

Première mondiale, défend la compagnie nippone avec son projet CC-Ocean (Capture du carbone sur l'océan) consistant à expérimenter le stockage et captage de CO2 (CCS) sur un navire. Soutenu par des fonds du Bureau maritime du ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (MLIT) dans le cadre de ses programmes de soutien à la R&D de nouvelles technologies marines, K" Line et ses partenaires, Mitsubishi Shipbuilding et Nippon Kaiji Kyokai (ClassNK), doivent, avec cette « petite usine » à bord, procéder à des tests d’efficacité de la technologie et à en mesurer les performances en termes d’exploitation et de sécurité.

K Line va réduire sa flotte de 52 navires

Ces essais constituent une première étape vers le développement d'équipements plus compacts (requis par les environnements marins). D’une durée de deux, Mitsubishi Shipbuilding va dans un premier temps tester l'installation dans son usine avant d’équiper le Corona Utility de “K” Line l’an prochain. Le vraquier est exploité pour Tohoku Electric Power Co.

« En tant que premier essai de démonstration en mer au monde, le projet fournira des informations précieuses sur la conception des installations et les technologies permettant de piéger les émissions de CO2 et d'atteindre un niveau d'émissions zéro à bord des navires. En outre, le CO2 capturé devrait être recyclé comme nouvelle source pour les procédés de récupération assistée du pétrole (EOR) ou comme matière première dans le carburant synthétique par méthanisation », indique la compagnie.

Mol, NYK et K Line : l'intégration qui coûte cher

La récupération assistée du pétrole (en anglais, enhanced oil recovery ou EOR) consiste à augmenter la quantité de pétrole brut extraite à partir d'un gisement de pétrole. L’idée étant d’augmenter la production de brut.

La rédaction