Le commissionnaire de transport suisse Kuehne + Nagel a achevé le premier semestre de l'année sur un chiffre d'affaires en hausse de 5 %. Il a notamment vu son Ebitda s'envoler de 43 % grâce à la bonne tenue du maritime, du terrestre et de la logistique. L'aérien a en revanche marqué un repli.

Pour le suisse Kuehne + Nagel, qui fait partie du trio de tête de la commission de transport internationale et de la logistique, les résultats du premier semestre de l'année sont dus à la bonne tenue de tous les modes à l'exception de l'aérien. Les résultats opérationnels (Ebidta) sont passés en un an de 608 M CHF à 869 M CHF (790 M€), en progression de 43 %. 

Dans le maritime, le groupe a vu ses recettes progresser de 4,5 % au cours du premier semestre. Il a enregistré un trafic conteneurisé de 2,392 MEVP, soit 103 000 boîtes de plus qu'au cours des six premiers mois de 2018. « La demande en matière de solutions numériques a connu des développements positifs au cours de la période », a indiqué le commissionnaire de transport international. L'Ebit dans le fret maritime a progressé cette année de 11,9 % pour atteindre 235 millions de francs suisses (214, 21 M€)

Kuehne + Nagel attribue la stagnation des projets intermodaux liés au Moyen-Orient et en Afrique à la chute du prix du pétrole. Dans la branche logistique, le groupe suisse souligne la poursuite de la restructuration du secteur au cours du deuxième trimestre. Le chiffre d’affaires net a augmenté de 4,4 % et la marge brute a progressé de 2,7 % par rapport à la même période de l’année précédente. Le groupe attend des gains d’efficacité supplémentaires de la mise en œuvre du système mondial de gestion des entrepôts. Un dispositif combiné à la nouvelle technologie de préparation des commandes.

Le fret aérien, selon la direction du groupe, est resté en revanche sous pression dans un contexte économique marqué par un renforcement des barrières douanières. À 158,6 M€, l'Ebit a baissé de 4,4 % à fin juin par rapport aux six premiers mois de 2018. 
Dans le secteur terrestre, le chiffre d’affaires net a augmenté de 3,3 % et la marge brute de 4,9 %. La croissance de la route internationale s'est révélée supérieure à celle du marché, selon le groupe, bien qu'ayant ralenti au deuxième trimestre, conformément aux tendances du marché. L'Allemagne et la France ont été les principaux moteurs de la croissance en Europe.

V.C.