Hudong-Zhonghua, familier de la construction des 8 000 EVP, vient de livrer la première unité de plus de 24 000 EVP à Evergreen. L’Ever Alot, qui opérera sur la ligne Est-Ouest, est le septième de la classe Evergreen A sur un total de treize, dont quatre seront construits par le chantier naval chinois.

Taïwan servi par la Chine. Le symbole n’est pas banal dans le contexte actuel de tensions en mer de Chine méridionale, où Pékin déploie une stratégie maritime agressive et méthodique d’expansion territoriale qui malmène la souveraineté de Taïwan, son éternel contre-modèle. Le raccourci est tentant. Mais loin de la géopolitique, l’affaire relève du purement économique mais représente pour la Chine un petit événement en soi.

Evergreen avait décalé de plusieurs mois, en raison de l’épidémie et des contraintes en Chine, la mise en service prévue de ses nouvelles unités de 24 004 EVP, les Ever Alot et Ever Apex, que l’armateur taiwanais avait confiés aux deux chantiers Hundong Zhonghua et Jiangnan du groupe CSSC, le géant chinois de la construction navale China State Shipbuilding Corp.

Le premier des deux sisterships, l’Ever Alot, construit par Hudong, est à la fois le premier d’Evergreen à dépasser la barre des 24 000 EVP et à être construit par les chantiers chinois. Long de 399,99 et large de 61,5 m, le navire détient désormais le record du plus grand porte-conteneurs au monde, titre jusqu’alors occupé par un autre porte-conteneurs d’Evergreen, l’Ever Ace (23 992 EVP), construit par le sud-coréen Samsung. Il est exploité depuis juillet sur la boucle Asie-Europe du nord (CEM) dans le cadre d’Ocean Alliance (NEU6). 

L’Ever Alot, qui opérera aussi sur la ligne Est-Ouest, est le septième de la classe Evergreen A sur un total de treize, dont quatre seront construits par Hudong-Zhonghua.

Tous segments

Hudong-Zhonghua, familier de la construction des 8 000 EVP, a actuellement neuf porte-conteneurs de 24 000 EVP en commande, ce qui le place au premier rang des principaux chantiers navals chinois. Six d’entre eux figurent en outre dans le Top 10 mondial au regard des trois principaux indicateurs de l'industrie de la construction navale : nombre d’unités construites, nouvelles commandes reçues et livraisons. La Chine détiendrait respectivement 47,2, 53,8 et 47,6 % de la part du marché mondial, selon l’association des constructeurs navals chinois.

Même les méthaniers, navires réputés complexes dont la Corée du Sud a la maîtrise, ne lui échappent plus. Les constructeurs en ont trente en commande. Le pays vient par ailleurs de mettre à l’eau le Fujian, son troisième porte-avions mais le premier conçu et construit entièrement dans le pays. Les précédents étaient de conception russe. Pékin envisage six porte-avions d’ici à 2035.

A.D.