Sur les neuf premiers mois de l'année 2020, les échanges entre l'UE et la Chine ont atteint 425,5 Md€, contre 412,5 M€ entre l'UE et les États-Unis, selon Eurostat.

La seconde puissance économique mondiale a détrôné la premier comme premier partenaire commercial du Vieux Continent. Le temps d’un troisième trimestre. L'épidémie et la relance rapide de l’activité chinoise, dopée par les fonds publics, n’y sont pas étrangères. 

Ainsi, sur les neuf premiers mois de l'année, les échanges entre l'UE et la Chine ont atteint 425,5 Md€ contre 412,5 Md€ entre l'UE et les États-Unis, selon les dernières données publiées par Eurostat. L’an dernier, à la même période, ils s’établissaient à 413,4 et 461 Md€ respectivement.

Les importations chinoises ont augmenté de 4,5 % tandis que les exportations vers la Chine ont stagné. Au total, le déficit de la balance commerciale entre l'UE et la Chine s'est creusé à 135,9 Md€ sur les neuf premiers mois de 2020, contre 123,9 milliards sur la même période de 2019. Le commerce avec les États-Unis a été marqué par un repli des importations de 11,4 % et de 10 % des exportations.

Si l'UE est déjà le premier partenaire commercial de la Chine depuis 2004, l'inverse est une première. Sur le seul troisième trimestre, la demande intérieure a stimulé les importations de produits européens en Chine, « en particulier dans les secteurs de l'automobile et des produits de luxe, mais aussi dans le secteur des télécommunications en prévision des sanctions américaines contre Huawei », a indiqué pour sa part l’Insee. Les exportations de la Chine vers l'Europe ont été soutenues à partir de l’été, tirées par la demande forte pour les équipements médicaux et les produits électroniques.

L'OMC avait ainsi souligné en octobre que la Chine avait exporté à elle seule près de 44 % des équipements de protection personnelle échangés dans le monde sur les six premiers mois de 2020.

La rédaction