Les importations pour 2021 devraient totaliser 26 MEVP, un niveau jamais atteint depuis que la fédération des détaillants américains a commencé à en tracer l’évolution en 2002. Au vu des estimations de la NRF, la consommation ne semble pas encore rassasiée au premier trimestre 2022.

Selon le rapport mensuel Global Port Tracker, publié par la fédération des détaillants américains National Retail Federation (NRF) et Hackett Associates, les importations conteneurisées de biens de consommation dans les principaux ports à conteneurs* devraient terminer l'année 2021 avec le volume le plus important et la croissance la plus rapide jamais enregistrés, malgré les perturbations de la chaîne d'approvisionnement provoquées par la pandémie. 

Les importations devraient totaliser 26 MEVP cette année, soit une augmentation de 18,3 % par rapport à 2020. Un niveau jamais atteint depuis la création de ce baromètre en 2002. Si cette prévision se confirmait, il s’agirait d’une deuxième année consécutive à record après les 22 MEVP enregistrés l’an dernier.

Bien que les importations ne soient pas en corrélation directe avec les ventes, NRF s'attend à ce que les ventes des fêtes de fin d'année en novembre et décembre augmentent de 11,5 % par rapport à l'année dernière.

+​9 % en janvier ; + 7,3 % en février

Les ports américains couverts par Global Port Tracker ont traité 2,21 MEVP en octobre, dernières données disponibles, en hausse de 3,5 % par rapport à septembre, mais en baisse de 0,2 % par rapport à octobre 2020. Cette baisse a mis fin à 14 mois consécutifs de croissance d'une année sur l'autre, une série qui a débuté en août 2020, après la réouverture des magasins, en sortie de confinement.

Global Port Tracker estime le mois de novembre à 2,21 MEVP (+ 5,1 % par rapport à l'année précédente) et décembre à 2,2 MEVP (+ 4,6 %). Pour 2022, les partenaires du baromètre prévoient une prolongation de la lune de miel avec 2,24 MEVP estimés en janvier (en hausse de 9 % par rapport à janvier 2021), 2 MEVP en février (+ 7,3 % sur une base annuelle) et 2,19 MEVP en mars (- 3,3 %) mais pour repartir à la hausse ensuite.

Les ventes au détail américaines sont devenues un facteur clef pour apprécier la situation de la chaîne d’approvisionnement mondiale. La congestion portuaire est en partie liée au boom inédit de consommation outre-Atlantique. Privés de loisirs et de services, les Américains se sont littéralement jetés sur les équipements de la maison et le matériel informatique, un phénomène exacerbé par l’organisation en télétravail. 

A.D.

* Los Angeles/Long Beach, Oakland, Seattle et Tacoma sur la côte Ouest ; New York/New Jersey, Port of Virginia, Charleston, Savannah, Port Everglades, Miami et Jacksonville sur la côte Est, et Houston sur la côte du Golfe. 

Photo : LA Port