À qui profitent les guerres commerciales ? Manifestement pas à celles qui les déclarent. Dans la querelle diplomatique entre Pékin et Camberra, dont est victime notamment le charbon australien, la Chine n’en sort pas plus riche et l’Australie pas plus pauvre. 

 Les importations chinoises de charbon australien se sont effondrées. Selon les données Refinitiv de Reuters, 687 000 t ont été déchargées en décembre, alors que le pic de 9,46 Mt avait été atteint en juin dernier. Pour autant, les exportations globales de l'Australie n'ont pas vraiment souffert : les expéditions de décembre s’établissent à 33,82 Mt, s’affichant de surcroît comme étant le meilleur mois de 2020. Le vaste pays de l’Océanie a profité de la vague de froid en Asie du Nord qui a stimulé la demande du Japon, de la Corée du Sud et de Taïwan. L’Australie serait aussi parvenue à placer davantage de charbon auprès d'autres consommateurs régionaux, tels que l'Inde, le Vietnam et la Thaïlande.

Au final, les exportations australiennes de charbon se sont élevées à 2,87 Md$ en décembre, soit le montant le plus élevé depuis mai 2019, selon les données du Bureau australien des statistiques. Le prix de référence du charbon thermique australien, le Newcastle Weekly Index, a terminé à 87,52 $/t le 22 janvier, en hausse de 89 % par rapport au niveau le plus bas de 46,37 $ atteint en septembre. Le marché réagissait alors, avec crainte, à l'interdiction effective des importations de la Chine. 

Le charbon australien, victime officielle de Pékin

Charbon plus cher à l’import

La hausse des prix du transport maritime a rendu l'achat de charbon importé plus cher pour la Chine. En retour, cela a permis de maintenir à la hausse les prix sur le marché domestique car ils n’ont pas été confrontés à la concurrence des producteurs étrangers.

Le prix du charbon thermique à Qinhuangdao a reculé ces derniers jours, atteignant 135,14 $/t (713 yuans) le 26 janvier, en baisse par rapport au récent sommet de 1 038 yuans. Mais même avec la récente baisse, le point de référence chinois est toujours environ 87 % plus élevé que le plus bas de 467 yuans la tonne de mai en 2020.

La Russie et la Mongolie se positionnent pour remplacer le charbon australien

Céréales et minerais de cuivre

Les données de Reuters indiquent également que l’Australie n’est pas non plus perdante sur le plan des céréales : les exportations de céréales ont atteint 910 M$ en décembre, le plus haut niveau jamais enregistré et près de trois fois la valeur des expéditions en novembre. Et ce, en dépit de droits de douane de 80,5 % sur les importations d'orge australienne. Là aussi, les producteurs d'orge australiens se sont repositionnés ailleurs.

Quant aux interdictions frappant les importations de minerai de cuivre (minerai de fer exclu des sanctions) en provenance d'Australie, son cinquième plus gros fournisseur, la pénurie mondiale oblige la Chine à payer plus cher pour s'approvisionner. 

Dans l'ensemble, les exportations australiennes vers la Chine se sont élevées à 10,25 Md$ en décembre, le plus haut niveau depuis juin, reflétant la forte demande de minerai de fer, de GNL et de certains produits agricoles.

A.D.

Une soixantaine de vraquiers patientent au large des ports chinois

Guerre commerciale : la Chine s’attaque désormais aux vins australiens

Les tensions entre la Chine et l’Australie mettent le vrac sec sur le qui-vive