©Houri

Selon les données de Clarkson Research Services, le ratio carnets de commandes/flotte, considéré comme un critère d'évaluation de la croissance future de l'offre, est désormais à 7,4 %. Son point le plus bas depuis 1989.

La Chute du mur de Berlin. Clarkson a la rhétorique qui cogne. Le carnet de commandes en pourcentage du ratio de la flotte, a atteint son point le plus bas depuis 1989. Et le phénomène touche tous les segments, de façon certes inégale, les méthaniers moins que les navires-citernes, vraquiers et porte-conteneurs, qui connaissent actuellement leur plus faible niveau depuis plusieurs décennies.

Selon Clarksons, la capacité mondiale des chantiers navals est aujourd'hui inférieure d'environ 40 % au pic atteint en 2010-2011. Seuls 23 millions de tpl (Mtpl) ont été commandés cette année. 2020 pourrait se fixer autour de 30 millions de tpl, un volume similaire à 2016, mais loin des 180 Mtpl commandés en 2013, « une année où les armateurs se sont trompés de manière flagrante », précise Clarksons.

De 195 à 156 Mtpl en neuf mois

Le courtier a également suivi les livraisons annuelles des navires. De 2010 à 2019, la moyenne s’établissait à 116 Mtpl. Cette année, avec les perturbations dans les chantiers navals chinois en début d'année, elles vont inexorablement se replier. Selon ses projections, les livraisons devraient totaliser 84 Mtpl en 2020 tandis que le carnet de commandes est passé de 195 à 156 Mtpl entre janvier et septembre. « Les scénarios de commandes et de livraisons suggèrent que le ratio global pourrait encore baisser », envisage Clarksons. Sur les neuf premiers mois de l’année, 453 navires ont été commandés dans les chantiers navals. 

La rédaction