Le taux de rollovers continue d’augmenter. Plus d'un conteneur sur trois expédié dans le monde en décembre a été chargé sur un navire différent de celui qui était initialement prévu, selon les dernières données publiées par la société Ocean Insights.

En décembre, dans les 20 premiers ports mondiaux, le pourcentage de conteneurs dont l’embarquement avait été repoussé d’une escale s’est accéléré. Le taux moyen a augmenté de 37 % par rapport au moins précédent, ce qui signifie que certains hubs affichent des trafics bien plus élevés : de 62 % à Gioia Tauro en Italie, aujourd'hui détenue et exploitée par le MSC, à seulement 22 % à Salalah dans le Sultanat d'Oman

« Parmi les vingt ports mondiaux pour lesquels Ocean Insights collecte et analyse les données, 75 % ont connu une augmentation du taux de rollover* en décembre par rapport à novembre 2020. Les principaux ports de transbordement, comme Port Klang en Malaisie ou Colombo au Sri Lanka ont enregistré des rollovers sur plus de 50 % des conteneurs manutentionnés en décembre. Les plus grands ports mondiaux de conteneurs, comme Singapour, Shanghai et Pusan ont également vu leur taux de rollover dépasser 30 % sur décembre », indique Josh Brazil, de la société Ocean Insights, à l’initiative de ce baromètre.

Conteneurs et reefers : à la limite du chaos

Tensions sur les reefers

Les données de la société confirment en outre les tensions sur les reefers. Dans certains ports chinois, la pénurie de prises électriques sur les terminaux à conteneurs est responsable des retards lors des transbordements et provoque un effet domino chaotique : de nombreux conteneurs frigorifiques restent à quai plus longtemps que prévu, mobilisant ainsi les prises, ce qui exacerbe la congestion. Ll'Amérique latine. même si elle représente des volumes plus faibles, est particulièrement impactée par la pénurie de conteneurs frigorifiques.

 

 

Les principales compagnies maritimes ont également constaté une augmentation globale des taux de rollover, passant de 35 à 37 % entre novembre et décembre. Trois des principaux armements ont vu leur taux de conteneurs laissés à quai au port de départ dépasser les 50 % en décembre. MSC et Maersk, membres de l’alliance 2M, ont toutefois réussi à endiguer la hausse du nombre de conteneurs en rollover, enregistrant en décembre le même taux que sur les mois précédents. 

Par compagnies, CMA CGM et ONE ont vu plus de 50 % de leur fret laissé au port de départ. Cosco, Evergreen et Hapag-Lloyd ont également vu leur pourcentage de rollovers augmenter en décembre par rapport à novembre. Le transporteur allemand a enregistré une progression de 42 à 46 %, tandis que pour le géant asiatique, la proportion est passée de 37 à 43 % et pour la taïwanaise Evergreen, de 37 à 44 %.

Surprenant, en décembre, le taux de rollover de HMM a bondi à 49 % alors qu'elle avait réussi à la maintenir en dessous de 30 % au cours des mois précédents.

La problématique est désormais connue. La pénurie de conteneurs est criante, la pandémie ayant causé des problèmes de repositionnement des boîtes. « Aujourd'hui, même si un chargeur peut obtenir un conteneur vide, il n'y a aucune garantie que sa cargaison arrivera à bord d'un navire », a commenté Ocean Insights.

La rédaction

​*Le taux de rollover, selon Ocean Insights, est calculé comme le pourcentage de conteneurs transbordés qui ont été chargés sur un autre porte-conteneurs que celui prévu initialement.