HHI a réussi son introduction à la bourse de Séoul, dans la fourchette haute de ses prévisions. Il s'agit de la première introduction en bourse d'un constructeur naval coréen depuis 20 ans, après celle de DSME en 2001.

Le constructeur sud-coréen Hyundai Heavy Industries, le chantier amiral de Korea Shipbuilding & Offshore Engineering, prévoyait de lever, à l’occasion de son introduction à la bourse de Séoul sur le marché KOSPI (Korea Composite Stock Price Index, principal indice boursier de la Corée du Su) 1,08 trillion de wons, soit 935 M$ dans la fourchette haute. 

L’entreprise sud-coréenne est dans les clous. Elle a levé 935 M$, porté par l’enthousiasme des investissements à l’égard du conteneur. HHI a offert 18 millions d'actions, soit 20 % de ses fonds propres, à un prix compris entre 52 000 et 60 000 wons par action. Le prix de l'action s'est situé à l'extrémité supérieure de sa fourchette indicative, plusieurs analystes ayant justifié leurs estimations par la hausse des prix de l’acier qui se sont répercutés sur les coûts de la construction navale. 

Le chantier sud-coréen, connu pour son expertise dans les navires sophistiqués tels que les méthaniers, bénéficie également de l’agitation autour des navires de demain, qui devront être beaucoup plus sobres et propres. Cette transition énergétique, rendue nécessaire par des échéances réglementaires irrémédiables, ne sera pas sans une véritable rupture technologique dans la conception des navires et la motorisation. 

Un carnet de commandes de 78 porte-conteneurs

Avant son entrée en bourse, HHI avait indiqué qu’une partie des fonds levés devait précisément lui permettre d’accélérer dans le développement de technologies de construction dites « vertes ». Le sud-coréen s'est engagé à investir 656 M$ à cet effet ainsi que dans la numérisation de ses process.

Sur cette somme, HHI réservera quelque 225 M$ pour développer des navires à l’hydrogène et à l’ammoniac, en plus du GNL, son coeur d’expertise, 323 M$ dans la numérisation et 94 M$ dans les développement de réservoirs d'hydrogène liquéfié en partenariat avec le fabricant d'acier Posco et avec la collaboration du Korea Research Institute of Ships and Ocean Engineering (KRISO) et du fabricant Hylium Industries. En octobre dernier, la KSOE avait obtenu une AiP du Korean Register of Shipping (KR) pour la conception d'un transporteur d'hydrogène liquéfié.

Le solde sera utilisé en partie pour rembourser la dette et consolider sa structure financière. 

Il s'agit de la première introduction en bourse d'un constructeur naval coréen depuis 20 ans, après celle de DSME en 2001. HHI (Hyundai Samho et Hyundai Mipo Dockyard) affiche un carnet de commandes de 78 porte-conteneurs d'une capacité consolidée de 767 000 EVP.

A.D.

Photo : ©DR