Le géant minier brésilien a livré 192 Mt de minerai de fer à la Chine en 2020, ce qui représente 67 % de ses ventes totales de la société. La Chine s’ancre un peu plus dans les activités commerciales du brésilien puisque le premier importateur mondial de minerai de fer (70 % des volumes mondiaux, 1,17 milliard de tonnes, + 9,5 % en 2020) ne pesait « que » 61 % en 2019.

« La Chine est le plus grand marché de Vale depuis 2006 et est devenue de plus en plus importante ces dernières années », confirme Tracy Xie, présidente de Vale China. 

Alors que la Chine s’est engagée à consommer les énergies de façon plus sobre et efficiente et à verdir ses industries, Vale s’est engagé à approfondir ses coopérations avec ses partenaires chinois. Lors de la troisième exposition internationale des importations en Chine, qui s'est tenue à Shanghai en novembre, le groupe minier et le centre de commerce du minerai de fer de Pékin ont signé un accord dans ce sens.

Investissement brésilien le plus important en Chine

Vale devrait lancer prochainement une plateforme de commerce au comptant de minerai de fer sur l'application de messagerie instantanée chinoise WeChat afin de faciliter les transactions libellées en yuans.

Le producteur est par ailleurs engagé avec l’opérateur portuaire Ningbo Zhoushan Port Group dans une coentreprise (50/50 %) en vue de réaliser l’extension des installations du port de Shulanghu, à Zhoushan, dans la province du Zhejiang, développer le stockage et créer des postes de chargement supplémentaires (actuellement deux postes à quai peuvent traiter des navires de 400 000 tpl).

L’investissement est estimé à plus de 620 M$ sur plusieurs années, le plus important engagement du brésilien en Chine. Il comprend l'acquisition de droits fonciers et l’exploitation ensuite. Les travaux devraient durer trois ans et démarrer une fois le feu vert obtenu des autorités de la concurrence.

La rédaction