La crise sanitaire, la réglementation sur la teneur en soufre des carburants marins, la baisse des exportations vers la Chine et l'effondrement de Hin Leong Trading à Singapour ont plombé le volume des échanges de fuel de soute en 2020.

Les volumes d'échanges de fuel ont diminué de près de moitié en 2020 en Asie pour atteindre les niveaux les plus bas depuis au moins cinq ans, indique Reuters. Les normes réglementant les émissions des carburants marins – la teneur en soufre plafonnée à 0,5 % – auraient modifié les schémas commerciaux tandis que la pandémie a plombé la demande.

Au total, 7,33 Mt de fioul ont été échangées sur le marché à Singapour qui, en tant que premier centre mondial d’avitaillement en carburants des navires, sert de centre de tarification pour le pétrole brut et les produits pétroliers en Asie. Ce volume représenterait ainsi une baisse de 46 % par rapport à 2019, selon les données de l'agence mondiale des prix de l'énergie. Les échanges ont porté sur le 180 Cst et le 380 Cst de fioul à haute teneur en soufre (HFO) ainsi que sur le fioul marin à 0,5 % conforme aux normes de l'OMI (MFO).

Parmi les autres facteurs qui ont pu jouer dans ce décrochage, le passage à des transactions à plus long terme, au lieu d'achats au comptant, pour garantir un approvisionnement fiable en MFO, la réduction des importations chinoises en provenance de Singapour et l'effondrement de Hin Leong Trading Pte Ltd, l'un des plus grands négociants en pétrole d'Asie, ont justifié les négociants auprès de Reuters.

La rédaction

Photo : ©DR