Søren Skou, CEO d’AP Møller-Maersk

C’est une véritable diplomatie climatique que conduit le pays scandinave et il compte manifestement embarquer tous les secteurs de son économie. Danish Shipping, l'organisation des armateurs du pays, s’est joint à la dynamique.

À l’automne, le gouvernement danois avait invité Danish Shipping, l'organisation des armateurs du pays, à rejoindre le « partenariat climatique pour un Danemark bleu » (Climate Partnership for Blue Denmark). L’idée (politique) est de déployer une diplomatie climatique mondiale avec pour ambition de réduire les émissions de CO2 dans le pays de 70 % d'ici 2030 et d'être un leader mondial dans la recherche et innovation pour un avenir neutre en carbone. Le secteur maritime n’est pas la seule filière invitée par le gouvernement danois à réduire son empreinte carbone. Le Danemark a conclu 13 partenariats climatiques similaires avec les différents secteurs de son économie. Dans le transport maritime, un certain nombre d’organisations ont été enrolées dans la dynamique, notamment les ports, l'association maritime et les deux organisations de pêche. Les travaux ont été coprésidés par les patrons de AP. Møller-Maersk, de Man Energy Solutions et de la compagnie de ferries Molslinien : Søren Skou, Bjarne Foldager et Carsten Jensen.

Le groupe a développé six initiatives à court et moyen terme et formulé quinze recommandations pour l'action gouvernementale, abordant obstacles et opportunités. Le PDG de Maersk a toujours soutenu que la transition que le transport maritime doit gérer pour devenir neutre sur le plan climatique d'ici 2050 nécessitera une collaboration sans frontières et interdisciplinaires et qu’elle exigera de véritables rutpures, tant en termes de carburant, de technologie, d'infrastructure énergétique que de cadre réglementaire.

A.D.

 

Sur le même sujet