Le gouvernement irlandais a publié son plan Brexit pour ses principaux ports maritimes, Dublin et Rosslare​.

Dans la perspective d'un scénario où l'UE et la Grande-Bretagne ne parviendraient pas à conclure un accord le 29 mars 2019, le gouvernement irlandais a prévu un plan d'urgence qui concerne les installations au port de Dublin et à l'Europort, port proche de Rosslare Strand, dans le Comté de Wexford à la pointe sud-est de l'Irlande, afin de prévenir la congestion du fret. 

Á, Dublin, l'exécutif irlandais a planifié, pour assurer les contrôles douaniers, 33 zones d'inspection, des places de stationnement pour 270 poids-lourds en attente d'inspections, un poste de contrôle frontalier (phytosanitaire), des locaux pour 144 membres du personnel à l'intérieur de la zone portuaire et un nouveau système de gestion du trafic pour les flux des véhicules en provenance et à destination des ferries.

Á Rosslare Europort, des dispositions ont été prises pour 13 zones d'inspection, des places de tationnement pour 35 poids-lourds et un poste de contrôle vétérinaire et phytosanitaire.

Actuellement, le "pont terrestre britannique" constitue une voie importante pour le transport de marchandises de l'UE continentale vers l'Irlande via le Royaume-Uni, avec 3 Mt de marchandises transportées chaque année. 

"Dans un scénario sans transaction, on s'attend à ce que le pont terrestre, du moins pendant la période initiale, soit soumis à d'importants retards. La ligne Douvres-Calais a été identifiée comme un goulot d'étranglement", est-il décrit dans ce document de 140 pages. 

La rédaction