Le minerai de fer, premier produit d'exportation de l'Australie, est secoué par la baisse de la production d'acier et le ralentissement économique en Chine. 

Après une brève remontée en septembre et octobre, jusqu'à 135 $/t, les prix se sont effondrés la semaine dernière, Pékin ayant accentué la pression pour freiner la production d'acier, les restrictions étant désormais prolongées jusqu'au premier trimestre de 2022, à trois mois des Jeux olympiques d'hiver de 2022. Ces derniers jours, les prix ont dévissé de plus de 20 %, à 95,77 $/t la tonne selon Fastmarkets MB. Les inquiétudes concernant les perspectives du marché immobilier chinois continuent de peser sur les marchés du minerai de fer et de l'acier, selon les analystes.

Les prix du minerai de fer avaient déjà plongé sous les 100 $ la tonne à la mi-septembre, alors que planait l’éventualité d’une faillite du géant chinois de la promotion immobilière Evergrande et que les aciéries étaient déjà plafonnées dans leur production. 

Restrictions

Pékin s'est efforcé de maintenir la production d'acier de 2021 au même niveau que celle de 2020, ce qui a impliqué une réduction agressive de l'activité au second semestre après une forte augmentation en début d'année. Les autorités chinoises ont également renforcé la vigilance sur la pollution de l'air dans un certain nombre de provinces, notamment celles voisines de la capitale.

Selon les analystes, les restrictions obligeront les grandes villes des provinces chinoises de Hebei, Shanxi, Henan et Shandong à réduire leur production d'acier de 30 % par an, par rapport à l'année dernière. Macquarie prévoit que le minerai de fer se maintiendra autour de 100 $ la tonne au d’ici décembre, en raison de la combinaison d'une production plus faible en Chine et d'une augmentation saisonnière des expéditions en provenance de l'Australie et du Brésil.

A.D.