Le président mozambicain et le PDG de Total se sont entendus sur un plan de sécurité du projet Mozambique LNG alors que des attaques djihadistes dans la région menace le futur site de production de GNL. Le projet, dont est actionnaire Total, représente un investissement de 20 Md$.

Le président du Mozambique Filipe Nyusi et le PDG de Total Patrick Pouyanné se sont rencontrés pour évoquer la situation sécuritaire dans la région, en présence de Jaime Bessa Neto et Amade Miquidade, les ministres de la Défense et de l’Intérieur de de pays du sud-est de l’Afrique, en proie à l’insurrection de groupes armés qui ont prêté allégeance au groupe État islamique. Le président mozambicain a annoncé récemment la nomination d'un nouveau chef d'état-major des armées, le général Eugenio Mussa. L'armée du pays s'est montrée jusqu’à présent incapable de venir à bout de l’intensification des combats.

Début janvier, une série d’événements dans la région ont contraint le groupe français à évacuer des employés du site encore en construction, dans la province du Cabo Delgado, au nord du pays. 
Total avait annoncé le 17 juillet 2020 avoir bouclé le financement de ce projet à 20 Md$ et pour lequel il a obtenu 14,9 Md$ en prêts directs et garanties octroyées par huit agences de crédit à l'exportation, 19 banques commerciales et par la Banque africaine de développement.

90 % de la production en contrats à long terme

Il s’agit du premier développement à terre d’une usine de GNL dans ce pays que l’on surnomme le Qatar de l’Afrique depuis la découverte il y a une décennie de ses riches gisements gaziers (de l’ordre de 5 000 milliards de m3) au large. Le pays, parmi les plus pauvres d'Afrique, espère en tirer, à partir des années 2030, des revenus de l'ordre de 3 Md$ par an.

L’installation exploitera les champs Golfinho et Atum situés dans l’Offshore Area 1 et comprendra deux trains de liquéfaction d’une capacité totale de 13,1 Mt par an. Outre les concessions accordées à l'entreprise américaine Anadarko, d’autres ont été attribuées dans la région à l'italien ENI, au chinois CNPC et au portugais Galp.

C’est en mettant la main sur Anadarko Petroleum, dont les actifs africains ont été cédés par Occidental Petroleum, que Total a hérité d’une participation de 26,5 % dans ce projet pour un montant de 3,9 Md$. Il est actionnaire aux côtés de ENH Rovuma Area Um, S.A. (15 %), Mitsui E&P Mozambique Area1 (20 %), ONGC Videsh (10 %), Beas Rovuma Energy Mozambique (10 %), BPRL Ventures Mozambique B.V. (10 %), et de PTTEP Mozambique Area 1 (8,5 %).

Le démarrage est prévu en 2024. Près de 90 % de la production de Mozambique LNG seraient d’ores et déjà commercialisés dans le cadre de contrats à long terme.

A.D.